28 août 2014
Centraide Richelieu-Yamaska
Réduction inquiétante de l’aide aux organismes
Par: Jean-Luc Lorry
Les organismes communautaires des MRC d’Acton et des Maskoutains se partageront un montant de 347 830 $ de Centraide Richelieu-Yamaska.  Photo Courtoisie

Les organismes communautaires des MRC d’Acton et des Maskoutains se partageront un montant de 347 830 $ de Centraide Richelieu-Yamaska. Photo Courtoisie

La diminution significative des dons amassés lors de la dernière campagne de financement de Centraide Richelieu-Yamaska affecte durement plusieurs organismes communautaires de la région, a constaté LE COURRIER.

publicité

Cette année, Centraide Richelieu-Yamaska va redistribuer un montant totalisant 292 180 $ à 18 organismes de la MRC des Maskoutains. Une somme inférieure de presque 30 % à celle de 2013 où 414 300 $ avaient été alloués.

Au lieu de diminuer uniformément l’aide octroyée annuellement aux organismes, les responsables de Centraide ont procédé au cas par cas, en se basant sur les états financiers de chacun.

« En appliquant un taux uniformisé, 12 organismes sur les 67 qui bénéficient de notre soutien financier auraient dû quitter notre liste. Ce à quoi nous étions opposés », explique Daniel Laplante, directeur général de Centraide Richelieu-Yamaska.

L’Auberge du coeur Le Baluchon qui offre des appartements de transition aux jeunes en difficulté recevra cette année de Centraide, 33 % de moins qu’en 2013, soit un montant de 22 780 $ comparativement à 34 000 $ l’an dernier.

« Centraide nous considère comme un organisme riche, mais ce n’est pas le cas, réagit Suzanne Demers, directrice générale du Baluchon. Cette coupure aura des répercussions sur les services donnés aux jeunes et par extension à l’ensemble de la communauté. Le seul poste où nous avons une marge de manoeuvre est celui de la masse salariale. »

L’auberge du coeur le Baluchon emploie sept personnes à temps plein et sept à temps partiel. Cet organisme communautaire dispose d’un budget annuel de 500 000 $.

« Avec cette baisse significative, on ne sait pas ce que nous réserve 2015. Cela nous inquiète beaucoup », mentionne Mme Demers.

Organismes avertis

En début d’année, les responsables des organismes communautaires maskoutains qui reçoivent une allocation de Centraide avaient été conviés à une rencontre tenue au Carrefour des groupes populaires à Saint-Hyacinthe.

« On nous avait annoncé des coupures de l’ordre de 10 à 15 %. Nous étions sortis ébranlés de cette réunion », se souvient Yvan Boulay, coordonnateur du Mouvement Action Chômage (MAC).

En 2013, cet organisme avait reçu une allocation de 14 000 $. M. Boulay devra cette fois boucler son budget avec une somme inférieure de 15 %.

« Cette réduction nous oblige à revoir toute notre structure touchant la défense individuelle des citoyens concernant les dossiers de l’assurance-emploi. L’ensemble des organismes craint pour les années à venir. Qu’allons-nous faire pour trouver de l’argent ailleurs? Nous allons tous frapper aux mêmes portes et rencontrer les mêmes personnes. Saint-Hyacinthe est un petit monde », rappelle Yvan Boulay.

Depuis cinq ans, la Maison l’Alcôve, un centre de traitement qui vient en aide aux personnes souffrant de dépendances à l’alcool et aux drogues, reçoit 45 000 $ de Centraide.

« Cette année, nous recevrons un montant de 27 000 $ soit une diminution de 40 %. Nous ne pouvons pas blâmer Centraide. Nous espérons que la prochaine campagne sera meilleure », mentionne Manon Desrosiers, directrice générale de la Maison l’Alcôve.

« Nous faisons affaire avec une clientèle démunie à 95 % qui n’a pas la capacité de financer sa thérapie. Nous ne couperons pas dans nos services, mais nous risquons de demander aux familles des bénéficiaires de défrayer les coûts », poursuit-elle.

Le Centre de Bénévolat de Saint-Hyacinthe, un organisme qui a reçu 78 000 $ en 2013, s’est vu réduire son allocation de 30 %. « Cette réduction importante nous affecte et nous oblige à revoir nos budgets », note Benoit Bellavance, directeur général du Centre de Bénévolat.

Quant à Opération septembre qui vient en aide aux familles pour l’achat de matériel scolaire et qui est géré par le Centre de Bénévolat, le montant reçu de Centraide reste inchangé et demeure à 29 000 $.

Optimisme chez Centraide

Conscient de la déception des organismes sévèrement touchés par cette réduction de l’allocation, le directeur général de Centraide croit que la prochaine campagne devrait être meilleure.

« Je reçois des commentaires encourageants de nos principaux donateurs corporatifs. Nous avons bon espoir au retour de la croissance en 2015 », espère avec enthousiasme Daniel Laplante.

Centraide Richelieu-Yamaska donnera le coup d’envoi de sa 59e campagne de financement le 2 septembre lors d’une activité 5 à 7 qui aura lieu sous le chapiteau Desjardins du Jardin Daniel A. Séguin.

image