8 novembre 2012
Réflexion autour d’un tunnel
Par: Le Courrier

658lv1s-tunnel

658lv1s-tunnel

Le Courrier de Saint-Hyacinthe À l’éditeur,

Étant Maskoutain de souche, je me suis intéressé longuement au dossier « traverse ou tunnel » pour notre ville. La solution idéale en mon sens est le « tunnel », et ce, sans aucun doute. Pour ne citer que quelques facteurs qui entrent en ligne de compte, prenons exemple sur le développement naturel d’une ville qui se veut en pleine expansion. Un vieux principe de base en planification et évolution de toute communauté qui se respecte, démontre qu’elle doit prendre son expansion géographique entre un point secondaire (soit Saint-Hyacinthe) et un point majeur économique (Montréal-Rive-Sud) en passant par une ou des voies de communication principales (l’autoroute Jean-Lesage, la 116 et même la voie du CN). Le tunnel donnera alors une image de croissance économique majeure auprès de futurs investisseurs déterminés alors à prendre notre ville encore « plus au sérieux », avec une infrastructure à la hauteur des exigences du transport et de la rapidité avec laquelle le développement se fera sans cesse croissant. Ceci m’amène à introduire dans ce mouvement, la venue future du train de banlieue. On n’a qu’à voir ce qui se passe dans les autres villes, que ce soit sur la Rive-Nord qui a pourtant une foule d’autoroutes à son crédit, la Rive-Sud qui englobe des villes comme Saint-Bruno, Saint-Basile-le-Grand, Mont-Saint-Hilaire, Beloeil, etc. ces villes qui demandent sans cesse l’accroissement des lignes ferroviaires, des horaires de transport plus élaborés et des infrastructures en progression constante à la demande grandissante de leurs citoyens. Il faut vraiment se cacher la tête dans le sable pour ne pas voir ce qui se passe dans ces municipalités. Beloeil, McMasterville et Mont-Saint-Hilaire, entre autres, ont vu en l’espace de quelques cinq années, la construction de nouvelles résidences exploser. Il faut vraiment prendre son véhicule pour aller voir ce qui se passe là. Il faut y voir des économies pour le travailleur et l’environnement. J’insiste aussi sur le fait que nous avons nos institutions culturelles et scolaires à faire progresser, avec une « clientèle grandissante ». Cégep, ITA, Faculté de médecine vétérinaire, Collège Antoine-Girouard, Collège Saint-Maurice, École Saint-Joseph, pour ne nommer que celles-là, ces fleurons de l’éducation doivent avoir notre appui coûte que coûte. Nous avons des citoyens qui sont en mesure d’évaluer l’importance d’une décision en ce sens : enseignants, enseignantes, qu’ils soient actifs ou à leur retraite, même les « anciens directeurs d’institution scolaire » doivent savoir ça sans qu’on soit obligés de leur en donner les raisons. (…)Investir pour d’ici cinq ans, serait probablement une bonne raison pour opter pour un passage à niveau. Mais pour 10-15 et même 50 ans et plus, c’est sans aucun doute et flagrant : le tunnel. Et là, je me sens davantage interpellé; je suis rendu à un âge où on doit s’oublier beaucoup plus et penser au futur, aux générations à venir, au développement et à laisser un héritage valable et prometteur. Leur laisser la pollution par le gaz à effet de serre, les vieilleries, car un passage à niveau sera une vieillerie dans 10 ans, où les générations futures passeront leur temps à la réparer. Allez voir le passage à niveau de Sainte-Madeleine qui malheureusement demande, avec toute la bonne volonté de ceux qui l’entretiennent, des réparations coûteuses et régulières, car là aussi l’évolution est en progression constante et le danger demeure toujours présent. Et Dieu sait qu’il y a eu énormément d’accidents tragiques dans ce carrefour. (…)Il faut réagir au plus vite dans ce dossier. Éviter la « grande crainte » à savoir que certains élus ont l’intention de bien prendre leur temps, d’étirer les échéanciers avec des imprimés tendancieux, des réunions auxquelles je n’ai malheureusement pu assister faute de coordination de temps à mon agenda personnel et un sondage qui ne donnera définitivement pas la bonne image, car on sait déjà le résultat de ce que ce genre d’activité donne. Il faut faire vite, car chaque jour d’attente représente des $$$$ en moins d’investissement qui iront ailleurs. Je ne sens aucun « leadership » dans ce dossier. Est-ce que nous avons des élus qui attendent que la population décide à leur place. Il faut mettre les choses dans leur contexte et demander immédiatement à ces gens de se positionner et cesser de regarder en arrière afin de savoir ce que l’autre dira. Avez-vous été élus et nommés pour prendre des décisions ou pour laisser passer les idées sans réagir? Mais qu’est-ce que c’est que cette manière de courber l’échine au nom de la soi-disant démocratie municipale, de plier les genoux et d’avoir peur. La décision doit se prendre incessamment, nonobstant les sondages et écrits tout à fait inutiles. De plus, je m’adresse à nos deux députés : vous avez tous les deux la chance de vous faire valoir dans ce dossier. Le développement de votre comté doit être une priorité pour vous et vous vous devez de prendre les devants, même si cela vous demande de vous ingérer dans des dossiers municipaux. Donnez-nous donc votre opinion par écrit et les raisons qui militent votre décision. On vous a élus entre autres pour donner l’exemple, alors faites-le donc, sans être mitigé. Allez, levez-vous et affirmez-vous. Les citoyens et citoyennes de Saint-Hyacinthe ont besoin d’avoir des « leaders » à l’Hôtel de Ville sinon nous nous en souviendrons. Gâcher la sauce à la fin d’une carrière peut assombrir les plus beaux gestes posés durant celle-ci. Tunnellement vôtre,

Léon Lussier

image