22 août 2019
Jean Turcotte publie le roman DEP
Regard maskoutain sur le Vietnam
Par: Maxime Prévost Durand

Résident du Vietnam de façon permanente depuis plus de quatre ans, le Maskoutain Jean Turcotte publie le roman DEP qui jette un regard occidental sur la culture vietnamienne. Photos gracieuseté

Enseignant à la retraite, le Maskoutain Jean Turcotte a choisi il y a un peu plus de quatre ans de faire du Vietnam le lieu de sa résidence permanente, quelques années après y avoir posé pied pour la première fois. Son arrivée définitive dans ce pays l’a amené à explorer son histoire et lui a redonné le goût à l’écriture, à un tel point qu’il a lancé le 16 août son roman DEP, un regard occidental qu’il jette sur cette terre d’adoption.

publicité

M. Turcotte est devenu par la même occasion le premier auteur canadien francophone à publier aux Éditions Thé Gioi, la plus importante maison d’édition vietnamienne. Dans sa présentation, DEP est décrit comme « un grand coup de chapeau [au Vietnam], ainsi qu’une tentative de le faire mieux connaître ».

« Je voulais mettre sur papier ce que je voyais, ce que j’apprenais, ce qui changeait dans ma perception sur ce peuple extraordinaire et si résilient, soutient l’auteur, dans une correspondance avec LE COURRIER. [Je le faisais aussi] pour mes amis du Québec et du Canada, pour leur dire que le Vietnam, c’est davantage que les idées préconçues qui nous furent martelées par la presse occidentale à l’occasion de la Guerre du Vietnam. »

À travers ces pages, DEP, un terme qui signifie « beau, belle, beauté » en langue vietnamienne, est en fait le nom du personnage principal. L’action se déroule principalement dans la ville de Hanoï, dans la portion nord du pays, alors que la jeune femme doit quitter son village pour affronter la réalité de la vie urbaine.

La curiosité du Maskoutain l’a amené à lire beaucoup sur l’histoire du pays, dont la culture remonte à plus de deux millénaires. Les nombreuses rencontres lui ont aussi permis d’en apprendre davantage à son sujet.

« Nous avons alimenté durant de nombreuses années – peut-être même encore maintenant – des préjugés par rapport au Vietnam. Les plus tenaces sont, à mon avis, qu’il s’agit d’un pays de guerre et que c’est un pays communiste, donc ennemi. […] J’ai mieux compris le Vietnam, mais il y a encore tellement à découvrir. En fait, je découvre tous les jours à partir d’un réseau d’amis vietnamiens qui s’étend du Nord (Ha Giang) jusqu’aux limites sud (Cà Mau). Ils me sont précieux et ouverts sur l’univers. »

Enseignant de profession, Jean Turcotte avait déjà fait paraître deux romans par le passé, qu’il avait écrits dans le cadre de projets avec ses jeunes élèves. L’un d’eux, L’histoire qui ne devait pas avoir de fin, avait été rédigé avec des élèves de l’école René-Saint-Pierre. Il avait ensuite répété l’expérience avec des élèves de Mont-Saint-Hilaire pour Un double exil. Au cours de sa carrière, qu’il a consacrée aux écoles offrant des services auprès des clientèles spéciales, il a notamment été enseignant à Saint-Hyacinthe à l’ancienne école Saint-Antoine et à l’école Notre-Dame, en plus de l’école René-Saint-Pierre.

Distribué uniquement au Vietnam, DEP peut tout de même être commandé directement auprès de l’auteur, notamment via sa page Facebook. Jean Turcotte sera également de passage au Québec dans les prochaines semaines et espère avoir l’occasion de laisser quelques exemplaires en consigne dans une librairie maskoutaine.

image