4 février 2021
Résidence de 14 étages sur Casavant Ouest
Relance du projet du Groupe Maurice
Par: Rémi Léonard

Photo François Larivière | Le Courrier ©

Perspective présentée en novembre 2020 par le Groupe Maurice pour son projet en sol maskoutain. Photothèque | Le Courrier ©

Après une halte de courte durée, le projet de résidence du Groupe Maurice à Saint-Hyacinthe est de nouveau sur les rails grâce à une exception trouvée dans la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, a annoncé le maire Claude Corbeil ce lundi en ouverture de la séance du conseil.

Publicité
Activer le son

La première demande d’autorisation du projet avait simplement été retirée à la dernière séance, le 18 janvier, dans le but d’éviter la tenue d’un registre et éventuellement d’un référendum de secteur. Près d’une cinquantaine de citoyens des environs avait déjà signifié leur opposition.

Or, la Ville compte maintenant recommencer la démarche pour autoriser ce projet particulier de construction, mais de façon à se passer de toute approbation référendaire cette fois-ci. Depuis 2017, la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme permet en effet quelques exemptions, notamment s’il s’agit d’un projet « d’habitation destinée à des personnes ayant besoin d’aide, de protection, de soins ou d’hébergement », en vertu de l’article 123.1, a cité M. Corbeil.

Même si l’exemple donné dans le libellé parle de logement social, le projet du Groupe Maurice pourrait tout de même se qualifier puisque l’endroit serait une résidence privée pour aînés (RPA) certifiée par Québec, a avancé le directeur général de la Municipalité, Louis Bilodeau. À titre d’exemple, un complexe comme celui de Groupe Sélection, qui s’adresse davantage aux retraités actifs et qui n’est pas une RPA, ne pourrait prétendre à la même disposition. La résidence du Groupe Maurice prévoit également 20 unités de soins dans l’immeuble, qui devrait compter un total de 348 unités résidentielles, des espaces commerciaux au rez-de-chaussée et un stationnement intérieur, notamment.

Rappelons que le site retenu pour ce projet de 60 M$ est le prolongement du stationnement du Provigo près de l’intersection entre les boulevards Casavant Ouest et Laframboise.

Dans l’intérêt collectif

« On est dans le droit nouveau », a reconnu le maire Corbeil en parlant de l’article 123.1, convenant que la décision d’emprunter ce chemin « risque de susciter des réactions ». Il a cependant justifié cette manière de procéder par le fait qu’il fallait rendre réalisable la vision du conseil de densifier le cadre bâti existant, une orientation logique d’un point de vue environnemental et d’occupation du territoire, a soutenu le maire.

Or, « de façon presque systématique, les projets de développement suscitent de l’inquiétude, des réactions et de l’opposition », a-t-il déploré. Même si la densification « perturbe le statu quo », Claude Corbeil a ainsi soutenu que « l’intérêt collectif doit primer ». Cette décision du conseil a été prise unanimement, a-t-il ajouté lors de son allocution, même si aucune résolution formelle n’a été adoptée.

La nouvelle demande de projet particulier de construction n’a pas non plus été déposée ce lundi, mais risque de revenir prochainement au conseil. Il faut toujours passer par cette étape puisque le zonage actuel ne permet pas la construction d’un immeuble de 14 étages sur le terrain visé.

En parallèle, le Groupe Maurice organisera une rencontre virtuelle aujourd’hui, le 4 février, pour présenter à nouveau son projet. Il ne s’agira pas d’une seconde mouture, mais il n’est pas exclu que des « ajustements » soient tout de même envisagés, a indiqué le maire Claude Corbeil. La Ville compte aussi tenir une consultation écrite une fois que le projet sera déposé, exactement comme ce fut le cas en novembre 2020. Des citoyens avaient alors critiqué la hauteur projetée de la résidence.

image