1 août 2019
Forum
Rendre à César…
Par: Le Courrier

En réaction à la parution de l’article « Le fondateur des Porte-Bonheur rentre au bercail » dans notre édition du 4 juillet, rédigé à partir d’un communiqué reçu par l’Ensemble vocal Les Porte-Bonheur dans lequel Yvan Sabourin est présenté comme le chef fondateur.

Je suis l’instigatrice et la fondatrice de la chorale du CLSC des Maskoutains, à l’époque, au début des années 2000. Suite à une recherche d’information à l’Alliance des chorales du Québec, j’ai su que M. Yvan Sabourin, chef de chœur, pouvait être disponible parmi d’autres. C’est à ce moment que je l’ai contacté et l’ai engagé. Il a été le premier chef de notre chorale, mais non le fondateur.

D’ailleurs, plusieurs mois plus tard, n’ayant toujours pas de nom officiel pour notre chorale, un concours avait été organisé. Plusieurs personnes y ont participé et le nom Les Porte-Bonheur fut choisi à la suggestion de mon père, Robert Harrison. Il trouvait que ce nom nous caractérisait tout à fait, nous qui semions la joie partout où nous chantions. Nous avons d’ailleurs souvent chanté au centre d’hébergement Andrée-Perrault, où nous avions nos pratiques régulières.

Dans la gestion de cette chorale qui a duré les quatre premières années, j’aime à reconnaître que j’ai été très bien soutenue par des collègues aussi passionnés que moi.

Je tenais à apporter ces précisions essentielles, car je suis tout à fait fervente de la maxime « Rendre à César ce qui appartient à César… »

Et bonne chance M. Sabourin pour la suite des choses.

Élisabeth Harrison, Saint-Hyacinthe

image