19 mai 2016
Renée Wilkin : voler de ses propres ailes
Par: Amilie Chalifoux
Renée Wilkin sera en prestation à Saint-Hyacinthe pour présenter L’amour, la guerre. Photo Anouk Lessard ©

Renée Wilkin sera en prestation à Saint-Hyacinthe pour présenter L’amour, la guerre. Photo Anouk Lessard ©

Lors de ses deux visites précédentes à Saint-Hyacinthe, Renée Wilkin accompagnait Marc Dupré en tournée. Depuis février, la recrue du célèbre

Publicité
Activer le son

L’auteure-compositrice-interprète a plusieurs années d’expérience sur la scène musicale. C’est toutefois sa participation à la deuxième saison de l’émission La Voix et sa rencontre avec Marc Dupré qui lui a mis le vent dans les voiles.

« La collaboration entre Marc Dupré et moi s’est faite naturellement. Après La Voix, il m’a demandé de l’accompagner en tournée. Entre-temps, j’ai commencé à écrire des compositions. Je lui ai présenté ce que j’avais et il a aimé ce que j’avais à proposer », raconte Renée Wilkin au COURRIER.

Réalisé par Marc Dupré et Gautier Marinof, son premier opus L’amour, la guerre réunit des auteurs et compositeurs de talent qui lui signent des textes en français.

« J’ai été étonnée de constater toutes les propositions de chansons que l’on recevait. J’ai trouvé cela vraiment flatteur. Beaucoup de gens ont mis la main à la pâte pour cet album », dit-elle.

Comme l’album a pris une tendance sonore soul et R&B, un travail au niveau des paroles s’est imposé. « Mes influences musicales sont surtout anglophones, dit-elle. Je n’écris pas en français. Mais je voulais que les pièces me ressemblent même si les mots n’étaient pas les miens. Cela a été un long processus d’adaptation. »

Prendre de l’assurance

À l’automne 2015, Renée Wilkin a lancé L’amour, la guerre. Des activités promotionnelles qui accompagnent un lancement de disque aux premières parties des spectacles de Marc Dupré, la chanteuse a appris les rudiments du métier.

Mais pour être fin prête à lancer sa propre tournée solo, elle a dû prendre de l’assurance sur scène. « Quand je chante, je suis à l’aise. Ce sont les interventions parlées auprès du public qui me faisaient peur. Maintenant, je suis de plus en plus à l’aise. J’apprends à dévoiler ma personnalité et je raconte des anecdotes liées à la création de l’album. Je veux présenter au public qui je suis. »

Depuis février, Renée Wilkin est devenue sa propre tête d’affiche. Le ­public répond positivement, même ­au-delà de ses attentes. Avant d’entamer la route des festivals cet été, elle sera de passage, le jeudi 26 mai, au Centre des arts Juliette-Lassonde. Elle reprendra sa tournée en salle à l’automne.

image