19 février 2015
Rénovations non terminées au Centre Humania
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Mardi, 12 h 15, je me fais déposer avec mon lourd matériel devant le Centre Humania. Je vais peindre.

Les bras chargés, j’appuie sur le bouton d’ouverture automatique des portes. Rien. Je dépose le tout pour ouvrir à l’aide de la poignée. La porte refuse de s’ouvrir. Je tape avec mes mitaines dans les vitres. Rien. Une double porte et un très grand hall empêchent le gardien de m’entendre. Je retape vigoureusement, ça me réchauffe, il fait -20 degrés. Tout à coup je vois une affiche qui dit de téléphoner au gardien en cas de problème. Mais voilà, je n’ai pas de téléphone. Je retape, je bouge, j’attends, j’espère.

Enfin, après 20 minutes, une personne qui a l’intelligence d’avoir un téléphone arrive du stationnement. Elle informe le gardien que la porte est barrée. Dix secondes plus tard, la porte s’ouvre automatiquement et le visage tout rouge (de colère, mais non… de froid), je peux enfin entrer.

Je pense que pour quelques dollars de plus, on aurait pu installer une sonnette (comme il y en avait avant la rénovation).

image