12 avril 2012
Réponse de la Ville à la SDC centre-ville
Par: Le Courrier

Monsieur le président,

Monsieur le président,

Pour faire suite à votre correspondance, en date du 6 mars 2012, par laquelle vous sollicitez une rencontre avec les membres du conseil municipal lors d’une prochaine assemblée plénière, nous tenons par la présente à vous confirmer que votre demande d’audition a bel et bien été transmise aux membres du conseil municipal, le 12 mars dernier. Cependant, après réflexion, les membres du conseil municipal ont choisi de ne pas y donner suite, compte tenu que les démarches d’acquisition du Couvent de la Métairie sont bien engagées et devraient être complétées d’ici quelques semaines et que la décision de relocaliser les organismes culturels, à l’intérieur dudit couvent, est bien arrêtée puisqu’elle sous-tend la démarche d’acquisition dudit couvent. Dans les circonstances, il serait donc vain de rouvrir le débat alors qu’il est clos. En fait, il aurait sans doute été plus utile de tenir cette rencontre à la même époque l’an dernier, alors que les décisions n’étaient pas prises. Malheureusement, il en est autrement aujourd’hui. Par ailleurs, bien que le conseil d’administration de la SDC centre-ville questionne ce choix, il importe de préciser que les membres du conseil municipal ont conscience de l’importance de poser des gestes concrets pour assurer la vitalité du centre-ville et à cet effet, on soulignera que plusieurs ont été réalisés au cours de 2011. Qu’on pense à la réfection du pavage sur la rue des Cascades, à la remise à niveau des lampadaires et feux de circulation au centre-ville, qui se poursuivra du reste cet été, sans oublier le transfert de la gestion du 1555 Marché public à la SDC et l’octroi des baux extérieurs pour assurer l’animation dudit marché. Et c’est sans compter les mesures prises l’année précédente pour éliminer deux bars érotiques qui pouvaient nuire à l’image du centre-ville. Évidemment, tout n’est pas qu’esthétique, mais les élus ont bien compris que certains choix stratégiques peuvent nuire au centre-ville et que d’autres, au contraire, peuvent favoriser son développement. Dans le cas du Couvent de la Métairie, la municipalité avait la volonté de préserver un bâtiment patrimonial et de lui donner une seconde vie. Toutefois, il y aura d’autres opportunités qui se présenteront et qui commanderont de favoriser le centre-ville. Il importe donc de demeurer optimistes et vigilants et surtout, il ne faut pas hésiter à interpeller la municipalité à l’égard des enjeux qui permettront d’assurer l’essor du centre-ville de Saint-Hyacinthe qui constitue certes l’une des plus belles cartes de visite pour la collectivité maskoutaine. Vous remerciant de l’attention que vous saurez porter à la présente, veuillez, monsieur, agréer l’assurance de notre considération la plus distinguée. Pour le conseil municipal de la Ville de Saint-Hyacinthe,

Louis Bilodeau, directeur général

image