1 avril 2021
« Rien n’est coulé dans le béton », préviennent les Sœurs
Par: Rémi Léonard

Le projet de logement social présenté dans nos pages la semaine dernière n’est pas définitif, ont tenu à spécifier les Sœurs de la Présentation de Marie. Photothèque | Le Courrier ©

Des logements abordables dans la maison mère des Sœurs de la Présentation de Marie? Même si l’idée paraît intéressante, il ne s’agit pour le moment que d’une « hypothèse », a tenu à préciser ce lundi la communauté religieuse.

Publicité
Activer le son

Par communiqué, leur économe provinciale, Sœur Germaine Lapierre, est revenue sur la parution de notre article de la semaine dernière pour préciser que « rien n’est coulé dans le béton » à propos de ce projet, même si des discussions ont effectivement eu lieu avec l’Office d’habitation des Maskoutains et d’Acton. Nous rapportions dans cet article que l’organisme travaille sur un projet qui permettrait d’aménager une centaine de logements abordables dans la maison mère des Sœurs de la Présentation de Marie une fois qu’elles auraient quitté l’endroit, quelque part au printemps 2023.

Or, la « décision définitive » quant à l’avenir de la maison mère ne sera prise que lorsque le Groupe Lokia aura obtenu les autorisations nécessaires pour construire sa future résidence dans le boisé voisin, a évoqué le communiqué. Notons que l’article du COURRIER n’a jamais décrit un projet définitif et indiquait également que « bien des ficelles restent encore à attacher » avant sa réalisation.

Autre « précision importante », les Sœurs de la Présentation de Marie ont tenu à rassurer la communauté du Collège Saint-Maurice sur la clientèle qui pourrait éventuellement être accueillie si jamais le projet se concrétise. Il s’adresserait à « des gens âgés de 60 ans et plus, vivant seuls ou en couple », a précisé Sr Lapierre. Les « personnes itinérantes et en transition » seront plutôt accueillies au centre-ville, à l’immeuble Le Concorde, actuellement en construction, a-t-elle ajouté.

Dans notre édition précédente, le parallèle tracé avec ce projet portait effectivement sur la présence de logements abordables, la subvention attendue du programme Accès-Logis et un partenariat éventuel à nouer avec un organisme communautaire maskoutain, et non sur la clientèle desservie.

En attendant la confirmation de quelque chose de plus officiel, les Sœurs réitèrent leur désir de voir leur maison mère « serv[ir] la collectivité » après leur départ à travers un projet qui s’inscrirait « dans l’esprit de notre fondatrice Marie Rivier, qui désirait que nous ayons toujours le souci des moins favorisés », a aussi déclaré Sr Lapierre.

image