18 août 2011
Roche, papier, divorce
Par: Martin Bourassa

L’histoire en a amusé et fait sourire plusieurs. Elle est aussi en voie de faire le tour du monde puisqu’elle a été reprise d’un océan à l’autre au Canada et a rejoint des sites Internet et des blogues à l’étranger. Même le Globe and Mail à Toronto en parlait à la page B2 dans son édition de mardi. De quoi est-il question?

L’histoire en a amusé et fait sourire plusieurs. Elle est aussi en voie de faire le tour du monde puisqu’elle a été reprise d’un océan à l’autre au Canada et a rejoint des sites Internet et des blogues à l’étranger. Même le Globe and Mail à Toronto en parlait à la page B2 dans son édition de mardi. De quoi est-il question?

De la « grosse garnotte » de 20 tonnes offerte et livrée par le maire de Saint-Théodore d’Acton, Dany Larivière, à son ex-femme. Ce fut la nouvelle insolite de la semaine sur toutes les tribunes. La photo de l’immense caillou orné d’un chou s’est d’ailleurs répandue comme une trainée de poudre sur les médias sociaux.Personnellement, je trouve la nouvelle beaucoup plus pathétique qu’insolite. Car si les choses se déroulent ainsi publiquement, imaginez un peu en privé. Pas sûr qu’ils ont eu assez de six séances gratuites de médiation familiale pour régler leur divorce!Pauvres enfants, innocentes victimes d’un divorce qui semble avoir dérapé pas à peu près. Ce qui aurait pu et dû demeurer dans la sphère privée a été précipité sur la place publique et jeté en pâture à la presse par un conjoint en colère, voire frustré. Avec raison ou pas, car là n’est pas la question, puisque comme dans toute chose il y a sans doute des torts des deux côtés. Sauf qu’on s’attendrait à un comportement plus responsable et réfléchi de la part d’un homme qui occupe le poste de maire d’une municipalité, aussi petite soit-elle. Et on s’attendrait à un peu plus de retenue des conseillers municipaux qui appuient publiquement le geste de leur maire et qui reprochent aux médias d’avoir moussé toute l’affaire. Franchement.Disons que la classe politique municipale n’en sort pas grandie. Mais elle n’est pas la seule à y laisser des plumes. Les policiers d’Acton Vale ont déjà mieux paru, eux qui étaient aux premières loges lors de la livraison du cadeau à l’ex-épouse.Ils n’ont pas allumé une minute. Ils n’ont pas vu le méfait derrière la garnotte. Car peu importe la délicatesse avec laquelle le maire Larivière a livré sa roche, je vois dans ce geste beaucoup plus de violence que d’humour.C’est du moins mon interprétation, inutile donc de me lancer des pierres. Et de savoir qu’après avoir récupéré son caillou le maire a décidé de l’exposer sur ses terrains n’est pas très glorieux non plus. Au lieu d’en faire une attraction touristique, il devrait plutôt se faire oublier un peu. Si cet homme a agi ainsi pour répliquer au harcèlement de son ex-conjointe et aux dénonciations faites par celle-ci à différents ministères concernant son entreprise d’excavation, il a raté son coup. Il vient au contraire d’attirer l’attention sur lui comme jamais. Et même si M. Larivière dit n’avoir aucun regret aujourd’hui, il n’y a que des perdants en fin de compte.C’est d’une tristesse inouïe quand on pense au bien des enfants, ce qui de toute évidence n’a pas été une priorité dans cette malheureuse affaire.Ils risquent d’en entendre de belles sur leurs parents à la rentrée scolaire…

image