14 août 2014
Rock Bilodeau attendu en chambre criminelle
Par: Jean-Luc Lorry
Des tourments judiciaires attendent Rock Bilodeau début septembre. Courtoisie Facebook

Des tourments judiciaires attendent Rock Bilodeau début septembre. Courtoisie Facebook

L’ex-homme d’affaires maskoutain Rock Bilodeau qui fait face à des accusations criminelles de fraude est attendu au Palais de justice de Saint-Hyacinthe les 2, 3 et 4 septembre pour y subir son enquête préliminaire, a appris LE COURRIER.

publicité

À la suite d’une longue enquête, la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) déposerait 70 chefs d’accusation et demanderait une peine de sept ans de prison contre l’ancien propriétaire du club de hockey Cristal de Saint-Hyacinthe, selon une source proche du dossier.

Rock Bilodeau devra par la suite en découdre avec l’Autorité des marchésfinanciers (AMF) qui réclame 8,3 M$ d’amendes ainsi qu’une peine d’emprisonnement.

« Nous nous retirons temporairement du dossier le temps qu’un jugement soit rendu devant la cour criminelle. Les peines encourues risquent d’être plus sévères qu’au criminel », indique le porte-parole de l’AMF, Sylvain Théberge.

Les déboires de Rock Bilodeau remontent à 2006, année où sa société de placements Gestion 2007 International a déclaré faillite. Le syndic qui était chargé du dossier avait réussi à retracer 178 créanciers qui réclamaient des montants totalisant 18,8 M$ auxquels ils ne verront jamais la couleur.

Quant à la seconde firme de M. Bilodeau, Gestion 2007, celle-ci gérait 475 comptes d’assurances personnelles et de placements représentant une valeur potentielle de 5,7 M$.

On estime que Rock Bilodeau aurait orchestré une combine à la Ponzi qui consiste à rémunérer les investissements des clients en puisant dans les fonds obtenus auprès des nouveaux épargnants.

Une partie des sommes investies dans les produits financiers offerts par Rock Bilodeau avait fait l’objet de prêts consentis à une cinquantaine de clients.

Le syndic avait découvert que Rock Bilodeau avait entre autres investi 163 000 $ dans une boutique érotique de Sainte-Foy. En 2004, le fils de l’ancien ministre libéral Marcel Massé obtenait aussi une avance de fonds de 2,4 M$ pour éviter la faillite à son entreprise spécialisée en investissement.

Associés coupables

Six agents en placement impliqués dans les sociétés Gestion 2007 et Gestion 2007 International viennent d’être déclarés coupables de placements illégaux par l’AMF. Ils ont écopé de plus de 1,5 M$ d’amendes.

En avril 2014, Paola Burgdorfer, une résidente de Sainte-Julie, a plaidé coupable à 101 chefs d’accusation et devra payer 730 000 $ d’amendes. Mme Burgdorfer opérait à titre de franchisée une boutique Équimonde qui était spécialisée entre autres dans la vente de produits d’alimentation naturelle et biologique.

Le commerce qui a cessé ses activités en mai 2012 avait pignon sur rue dans le secteur LeMoyne à Longueuil. Cette entreprise comptait parmi ses actionnaires Yvon Fortin qui agissait à titre de trésorier. Ce planificateur financier et courtier en assurances est membre depuis 2002 du comité de discipline de la Chambre de sécurité financière.

Les autres accusés sont Richard Dénommé (512 500 $ d’amendes), Marco Veilleux (12 000 $), Marc Toutloff (78 000 $), Maryse Labarre (156 000 $) et Gérard Reid (36 000 $).

image