11 mai 2017
Rock in Time s’éclate comme jamais
Par: Olivier Dénommée
En 2017, ce n’est pas un, mais deux organismes maskoutains qui profiteront du succès de Rock in Time. Au centre, on reconnaît Christine Poirier, directrice générale de la Fondation Aline-Letendre, et Martin Fredette, président de Grands Frères Grandes Sœurs de la Montérégie, entourés de cinq des huit musiciens. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

En 2017, ce n’est pas un, mais deux organismes maskoutains qui profiteront du succès de Rock in Time. Au centre, on reconnaît Christine Poirier, directrice générale de la Fondation Aline-Letendre, et Martin Fredette, président de Grands Frères Grandes Sœurs de la Montérégie, entourés de cinq des huit musiciens. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Après quatre ans, la formule de Rock in Time, un spectacle créé par des gens du milieu des affaires de la région, fonctionne toujours : près de 700 personnes sont attendues le 24 mai dans la Salle Desjardins du Centre des arts pour un spectacle coloré qui présente le meilleur du rock des 50 dernières années, au profit de deux organismes locaux. Les billets s’étant envolés, ce sera salle comble!

Publicité
Activer le son

Sur scène, il sera possible d’entendre Richard Bourret (basse et direction musicale), Jean-Denis Major (batterie), Pierre Denoncourt (guitare), Stéphane Tessier (guitare), Guy Duhaime (claviers), Maryse Dubé (voix), Patrick Lajoie (voix) et Annie Messier (voix). Ajoutons une mise en scène de Jean-François Dion et des décors de Stéphane Beaudoin. « Nous avons décidé de redonner à la communauté à travers notre passion commune, la musique », résume Maryse Dubé pour expliquer la raison d’être du spectacle Rock in Time, où tout le monde œuvre de façon bénévole.

Redonner aux suivants

Les trois dernières années, Rock in Time offrait les recettes de son spectacle à un seul organisme de la région maskoutaine. Cette année, on en retient deux : la Fondation Aline-Letendre et Grands Frères Grandes Sœurs de la Montérégie. « Aline-Letendre vient en aide à des personnes en fin de vie, alors que Grands Frères Grandes Sœurs aide des jeunes à bien démarrer la leur », a comparé Christine Poirier, directrice générale de la Fondation Aline-Letendre. Rock in Time s’est donné l’ambitieux défi d’avoir 100 000 $ à remettre aux organismes choisis à l’issue du spectacle du 24 mai.

Surprendre et divertir

Même si quelques centaines de personnes sont déjà tombées sous le charme du spectacle Rock in Time, le groupe croit toujours avoir des surprises à offrir. « On va faire en sorte que toute personne s’amusera au son de chansons qu’elle connaît […] On peut surprendre même les habitués », précise Maryse Dubé, qui ne voulait pas trop en dévoiler au sujet de la programmation de la soirée.

Les membres du groupe ont tout de même laissé entendre que l’on pouvait s’attendre à du Journey, et à une relecture plus rock du classique « Sweet Dreams » de Eurythmics, un incontournable selon eux. « On va arriver à rocker ce qui n’est pas nécessairement rock », promet-on dans les rangs de Rock in Time, qui aura deux heures de matériel à offrir au public maskoutain le mercredi 24 mai à la Salle Desjardins du Centre des arts Juliette-Lassonde.

image