31 mai 2018
Rumeurs & indiscrétions
Par: Le Courrier
rumeurs & indiscrétions

rumeurs & indiscrétions

 Dans la catégorie Le signaleur était sans doute distrait, cette photo renversante d’une voiture aux couleurs de Signalisation 2020 prise le 23 mai dans le stationnement de l’église Douville a fait sourire plusieurs passants. Vive les cônes orange!

Lors de la plus récente assemblée publique de la Ville de Saint-Hyacinthe, la conseillère du district Bois-Joli, Claire Gagné, y est allée d’un vibrant plaidoyer contre l’achat en ligne, en lien avec quelques données inquiétantes de l’Union des municipalités du Québec au sujet des pertes fiscales engendrées par l’achat en ligne. 

 Mme Gagné devrait peut-être sensibiliser le ou les titulaires de la carte de crédit municipale à la chose puisque, dans le dernier mois, plusieurs achats en ligne ont été effectués à l’aide de ladite carte chez Amazon, Wayfair, Facebook, Newegg, Shopperplus, Cyberimpact et Smartsheet. Parmi les achats en ligne, on retrouve un étui, des câbles, un clavier et une souris sans fil. 

 La Ville de Saint-Hyacinthe n’est pas rancunière. Même si la poursuite de 675 000 $ déposée contre les artisans du centre aquatique, dont ACDF, n’est pas réglée, la Ville a quand même demandé à cette firme de procéder à l’étude qui conduira à l’installation du centre d’histoire, d’archivages et de généalogie au couvent des Adoratrices du Précieux-Sang. ACDF a déjà touché des honoraires de 11 000 $ dans ce dossier. En passant, c’est sensiblement le montant que la Ville a versé le mois dernier en honoraires juridiques (11 890 $) au cabinet Sylvestre & associés qui représente ses intérêts dans le dossier du centre aquatique.

image