21 mars 2013
Contrôle des forages
Saint-Hyacinthe appuie Gaspé
Par: Le Courrier

La Ville de Gaspé, qui a passé un règlement pour contrôler les forages sur son territoire, peut maintenant compter sur l’appui inconditionnel de la Ville de Saint-Hyacinthe dans ses efforts pour protéger ses sources d’approvisionnement en eau.

Publicité
Activer le son

Le conseil municipal de Saint-Hyacinthe a adopté une résolution en ce sens à la séance du 18 février, et cela à la suggestion de Jacques Tétreault, président du Comité de citoyens pour la sauvegarde de l’environnement maskoutain. M. Tétreault était intervenu en faveur de Gaspé à la séance du 4 février; il avait présenté au conseil un projet de résolution que les élus ont approuvé intégralement la semaine suivante, en séance de travail.

« Pourquoi ne pas adopter à Saint-Hyacinthe un règlement similaire à celui de Gaspé pour protéger les sources d’eau potable? », avait aussi suggéré Jacques Tétreault.Mais le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier, a indiqué au COURRIER que le conseil allait se contenter de la résolution d’appui à Gaspé. « Nous avons regardé ça il y a quelques mois (l’adoption possible d’un règlement sur les forages), mais nous n’avons pas l’intention d’aller plus loin pour l’instant. C’est bien beau d’adopter un règlement, mais il faut que ce soit du solide », a commenté M. Bernier. Il a expliqué qu’avec le retour du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) dans le dossier des gaz de schiste, il n’y avait pas lieu pour la Ville d’agir précipitamment. « Il va y avoir un bon brassage d’idées sur le sujet », estime-t-il.Le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, vient de confier au BAPE le mandat de mener une consultation élargie sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste. Les études commandées par le comité d’experts à qui le gouvernement Charest avait demandé de procéder à une évaluation environnementale stratégique dans ce dossier devront être transférées au BAPE. Le ministre Blanchet entend aussi déposer prochainement un projet de loi imposant un moratoire sur l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste.À Gaspé, c’est plutôt de pétrole dont il est question, puisque la Ville est engagée dans une bataille juridique avec la société Pétrolia, qui voudrait forer un puits à environ 350 mètres de résidences. Le règlement de Gaspé est calqué sur celui de Saint-Bonaventure, dans la MRC Drummond, qui a été la première municipalité à réglementer les forages pour protéger les puits artésiens face à une éventuelle exploitation des gaz de schiste. Ce règlement dit « de Saint-Bonaventure » interdit à quiconque d’introduire dans le sol, par forage ou par un autre procédé, toute substance susceptible d’altérer la qualité de l’eau souterraine ou de surface servant à la consommation dans un rayon de 10 km d’une prise d’eau municipale, de six kilomètres d’un puits utilisé par plus de 20 personnes, et de deux kilomètres d’un puits accommodant jusqu’à 20 personnes. Certains observateurs doutent de la validité d’un tel règlement, parce qu’il est inconciliable avec la Loi sur les mines.La résolution adoptée par Saint-Hyacinthe précise toutefois que Gaspé ne s’oppose pas au développement de la filière pétrolière chez elle puisque, malgré son règlement, Pétrolia peut exercer ses activités sur 85 % de son territoire.

image