14 janvier 2016
Saint-Hyacinthe dans les fibres de la LNH
Par: Jean-Luc Lorry
Saint-Hyacinthe dans les fibres de la LNH

Saint-Hyacinthe dans les fibres de la LNH

Bruno Dufresne, chef des opérations à l’usine Sport Maska de Saint-Hyacinthe et de Saint-Jean-sur-Richelieu, toutes deux propriétés de Reebok CCM Hockey. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Bruno Dufresne, chef des opérations à l’usine Sport Maska de Saint-Hyacinthe et de Saint-Jean-sur-Richelieu, toutes deux propriétés de Reebok CCM Hockey. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Lors du passage du COURRIER, une tricoteuse circulaire industrielle fabriquait le tissu utilisé pour la confection des chandails des arbitres de hockey de la LNH. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Lors du passage du COURRIER, une tricoteuse circulaire industrielle fabriquait le tissu utilisé pour la confection des chandails des arbitres de hockey de la LNH. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’une des 70 couturières de l’usine appose le logo des Blackhawks de Chicago. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’une des 70 couturières de l’usine appose le logo des Blackhawks de Chicago. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’usine Sport Maska, propriété de Reebok CCM Hockey, produit plus de 200 000 chandails de hockey par année dont ceux portés par les joueurs de la LNH. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’usine Sport Maska, propriété de Reebok CCM Hockey, produit plus de 200 000 chandails de hockey par année dont ceux portés par les joueurs de la LNH. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une armée de machines à coudre et ­d’imposantes tricoteuses tournent à plein régime chez Sport Maska, une ­entreprise de l’avenue Hubert à Saint-Hyacinthe. Couturières, tricoteurs et tailleurs ont commencé la confection d’environ 15 000 chandails destinés aux 30 équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH) qui seront portés par les joueurs lors de la saison prochaine.

En plus des chandails de la LHN, cet atelier textile produit annuellement plus de 200 000 chandails de hockey aux couleurs des 60 équipes de la Ligue canadienne ainsi qu’aux 30 clubs-écoles de la Ligue nationale.

Cette commande de 15 000 chandails doit être livrée en août à l’ensemble des équipes de la Ligue nationale. Au total, le centre de production maskoutain compte 145 ­employés dont 120 dédiés à la fabrication.

Fondé en 1936, Sport Maska est la propriété depuis 2004 de la multinationale ­d’équipements sportifs Reebok qui a été achetée une année plus tard par le géant allemand Adidas au coût de 4,4 milliards de $.

Treize machines à tricoter circulaires de type industriel sont utilisées pour fabriquer un peu moins d’un tiers des tissus qui sert à confectionner les chandails. Les autres ­tissus utilisés sont fabriqués en Amérique du Nord.

« Tous les tissus utilisés pour la ­confection des chandails sont à base de polyester avec, dans certains cas, un peu de spandex. Nos chandails représentent un complexe assemblage de plusieurs ­tissus de couleurs différentes. Dans le cas du Canadien de Montréal, on parle de 40 pièces de tissu distinctes », explique en entrevue au COURRIER, Bruno Dufresne, chef des opérations à l’usine de Saint-Hyacinthe et à celle de Saint-Jean-sur-Richelieu, toutes deux propriétés de Reebok CCM Hockey.

Dans l’usine maskoutaine de Reebok CCM Hockey, 70 couturières assemblent les chandails avant que ceux-ci soient ­examinés à la loupe pour détecter toutes imperfections.

La seule opération que ne réalise pas Sport Maska sur un chandail est ­d’apposer le nom des joueurs de la LNH et leurs numéros respectifs. Celle-ci est assurée par l’équipe de hockey­ ­elle-même.

Il est possible pour le grand public ­d’acquérir un « chandail authentique ». Par exemple, celui des Canadiens est commercialisé à 390 $ l’unité incluant le nom et le numéro du joueur.

Coupe du monde

Début février, Sport Maska débutera la fabrication des chandails qui seront­ ­utilisés par les huit équipes qui ­s’affronteront à la Coupe du monde de hockey. Ce tournoi majeur organisé par la LNH se tiendra en septembre au Air ­Canada Centre à Toronto.

Pour cette compétition d’envergure, le logo de Reebok sera remplacé par celui de son propriétaire Adidas.

À partir de la saison 2017-2018, la ­signature Reebok disparaitra complètement du chandail des joueurs de la LNH pour être remplacée par celle aux trois bandes.

En septembre, la Ligue nationale avait annoncé un partenariat de sept ans avec Adidas pour fournir les uniformes des joueurs.

En plus de son centre de production de Saint-Hyacinthe, Reebok CCM Hockey possède une usine à Saint-Jean-sur-­Richelieu où est fabriqué l’équipement destiné aux joueurs professionnels comme des patins conçus sur mesure.

Le siège social de Reebok CCM Hockey est situé dans l’arrondissement Saint-Laurent. Cette division d’Adidas emploie 553 personnes en Amérique du Nord.

image