22 novembre 2012
Saint-Hyacinthe dans l’histoire de la Coupe Grey
Par: Maxime Prévost Durand
Le Combine du NCSM Donnacona-Saint-Hyacinthe, champion de la Coupe Grey en 1944.

Le Combine du NCSM Donnacona-Saint-Hyacinthe, champion de la Coupe Grey en 1944.

Le joueur de ligne offensive des Alouettes de Montréal Luc Brodeur-Jourdain, premier Maskoutain à remporter la Coupe Grey, n’aura pas l’occasion de mettre à nouveau la main sur le précieux trophée de la Ligue canadienne de football (LCF) à l’occasion de son 100e anniversaire.

Même si le joueur de Saint-Hyacinthe ne pourra voir son nom apparaître dans la liste des joueurs qui ont participé à ce match historique pour le football canadien, son nom figure tout de même dans l’histoire du trophée, lui qui l’a soulevé à deux reprises, en 2009 et 2010.

Ce n’est toutefois pas la seule marque provenant de Saint-Hyacinthe qui a été inscrite durant ces 100 finales. En 1944, le nom de Saint-Hyacinthe a été gravé sur la Coupe Grey. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, un camp militaire était basé en terre maskoutaine, où des signaleurs de la Marine canadienne étaient formés. En 1944, quelques marins de Saint-Hyacinthe se sont joints à l’équipe de football de la base NCSM Donnacona de Montréal. « Au départ, les joueurs de cette équipe voulaient seulement se payer du bon temps », comme l’écrit l’historien Paul Foisy. Mais avec le temps, ils se sont mis à remporter plusieurs parties et malgré eux, ils se sont retrouvés en finale de la Coupe Grey, pour y représenter le Québec, face aux Wildcats de Hamilton, représentants de l’Ontario et champions en titre.L’équipe de la marine a su trouver un moyen de remporter les grands honneurs contre les Wildcats, par la marque de 7 à 6. C’est donc pourquoi le nom de Saint-Hyacinthe a été inscrit sur le plus grand trophée du football canadien, et ce, avant même qu’une équipe de football ne pratique ce sport dans la région maskoutaine.En consultant les archives du Courrier de Saint-Hyacinthe, on ne trouve aucune mention de cet exploit que l’on considérerait comme majeur maintenant. À la place, on parlait de hockey, de lutte, de quilles et encore de hockey.L’intérêt n’avait pas été très grand chez les spectateurs non plus, alors qu’à peine 3 871 personnes avaient assisté à la rencontre de la 32e Coupe Grey. C’est la dernière fois que moins de 10 000 amateurs étaient présents lors de la grande finale.La finale de la 100e Coupe Grey, disputée en direct de Toronto pour la 46e fois de l’histoire, opposera les Argonauts de Toronto aux Stampeders de Calgary dès 18 h ce dimanche 25 novembre.

image