4 juin 2020
Prolongement du réseau d’aqueduc
Saint-Hyacinthe dit non à Saint-Hugues
Par: Rémi Léonard

L’usine de filtration de la Ville de Saint-Hyacinthe puise son eau de la Yamaska en amont du barrage, tout près de la Porte des anciens maires. Photothèque | Le Courrier ©

La Ville de Saint-Hyacinthe ne souhaite plus étendre son réseau d’aqueduc à l’extérieur de son territoire, a-t-elle statué au début du mois de mai. Cette position a été prise par le conseil en réponse à la Municipalité de Saint-Hugues, qui cherchait une source d’eau potable pour alimenter des secteurs non desservis en zone agricole.

Publicité
Activer le son

Il faut savoir que le réseau maskoutain se rend déjà relativement près, soit jusqu’à Saint-Simon, un héritage de la présence de l’usine d’Olymel au cœur du village. On retrouve également d’autres extensions vers Saint-Dominique, Saint-Pie (secteur du Petit rang Saint-François) et Sainte-Marie-Madeleine (secteur Douville).

Sauf que devant cette nouvelle demande, Saint-Hyacinthe veut d’abord s’assurer de protéger son approvisionnement en eau dans un contexte où « le débit d’étiage de la rivière Yamaska tend à diminuer d’année en année, tandis que la demande en eau potable est en constante augmentation du côté de la ville de Saint-Hyacinthe », justifie la résolution.

En ce moment même, la Ville procède par exemple à un prolongement d’aqueduc sur le Grand rang Saint-François en direction du nouvel accès au Domaine sur le Vert, un développement domiciliaire qui, à terme, fera nécessairement augmenter la consommation en eau potable. Le maire Corbeil a d’ailleurs érigé la croissance de la population maskoutaine en priorité dans ses deux derniers mandats.

Dans ce contexte, les élus maskoutains jugent maintenant « opportun » de faire réaliser une étude hydrique afin de pouvoir mieux évaluer la capacité de la Yamaska « en regard à ses besoins futurs en eau potable ». Il faudrait également un certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement pour augmenter la capacité de production à l’usine de filtration, indique la résolution.

D’ici là, Saint-Hyacinthe refuse non seulement la demande de Saint-Hugues, mais les élus ont même décrété un moratoire sur « toute nouvelle demande d’une autre municipalité pour la fourniture d’eau potable ».

On évalue ses options

Du côté de Saint-Hugues, on avait également fait une demande analogue à la Régie d’aqueduc Richelieu-Centre, qui dessert déjà en partie la municipalité, mais sans rencontrer plus de succès. Ces deux refus ne semblaient toutefois pas surprendre outre mesure le maire Richard Veilleux, qui a expliqué au COURRIER avoir d’autres options en tête pour parvenir à son objectif.

La résolution de son conseil précise que cette demande est en lien avec les besoins de l’entreprise Volailles St-Hugues, une filiale du Groupe Gaucher qui a des installations dans le 3e Rang. Le prolongement d’aqueduc pourrait aussi profiter à une quinzaine de producteurs ou d’entreprises agricoles qui ont un besoin « immédiat » en eau, ajoute la résolution.

Après ces premières tentatives, le maire de Saint-Hugues envisage maintenant de cogner à la porte d’Olymel, toujours à Saint-Simon, pour y aller d’une nouvelle demande. Le maire a même indiqué avoir une quatrième carte dans son jeu, qu’il préfère toutefois ne pas révéler pour l’instant.

image