19 décembre 2013
Ouvrage documentaire sur le country
Saint-Hyacinthe en premier plan du livre Québec Western
Par: Le Courrier

Le Maskoutain Serge Locas était loin de s’imaginer qu’on écrirait une quinzaine de pages sur sa passion du western lorsque les trois auteurs du livre Québec Western : ville après ville se sont présentés à son domicile cet été.

publicité

Professeur d’art plastique à la retraite, Serge Locas collectionne tout : poterie, tissus, ossements, livres, bref, tout ce qu’il a pu recueillir et trouver à travers ses voyages aux États-Unis depuis plus de 10 ans. C’est par le biais d’un ami de son fils qu’il a pu expliquer sa passion à l’intérieur de l’ouvrage consacré à cet univers.

« Au départ, les auteurs ne savaient pas du tout ce qu’ils allaient découvrir en venant chez moi. Finalement, ils ont passé pratiquement une journée à écouter mes histoires, les débuts de cette belle complicité entre le western et moi. »« J’étais à la recherche de l’histoire. Cet univers de cow-boy me suit depuis mon tout jeune âge alors qu’on regardait des films au Far West. Ce n’est qu’en 1991 que j’ai fait mon premier voyage à l’intérieur d’un ranch, au Wyoming, recréant la vie que menaient les cow-boys. Une aventure que je ne regratte pas. »C’est sans préjugés que le Maskoutain s’est fait accueillir dans ces villages typiques en étant vêtu de ses jambières en cuir, ses bottes, son foulard, son lasso à la taille et sans oublier son chapeau.« Je ne m’étais jamais vanté de cette passion. Je suis un collectionneur dans l’âme, j’ai des choses chez moi qui racontent, par l’endroit où je les ai trouvés, l’histoire qu’elles ont vue. Avec le temps, on se rend compte que des légendes comme Buffalo Bill, Will James, les frères Dalton ont existé. »La résidence de Serge Locas est un véritable musée, c’est d’ailleurs à travers ces objets qu’il entretient sa passion aujourd’hui. Il a notamment rédigé lui-même un livre racontant son premier voyage et peint un tableau représentant une synthèse de ce qu’il a vécu. Pour le reste, il emmagasine images, sensations et paysage dans son esprit.

Le Western commercial

En passant par le cinéma, la musique, la danse, les rodéos et les festivals, Québec Western rend hommage à ce monde diversifié sans préjugés. Un monde à travers lequel le Maskoutain ne se reconnait pas toujours.

« Il y a deux types de personnes qui vivent le western. D’abord, les anonymes qui ont toujours oeuvré dans cet univers, qui en font leur mode de vie, les gens de l’Ouest américain. Il y a ensuite les icônes qui amènent le côté divertissement. La musique country est la musique la plus vendue chez les disquaires, les festivals accueillent plus de gens que n’importe où ailleurs. C’est un monde dans lequel je ne me reconnais pas. Je suis séduit par les gens fiers de ce patrimoine, qui eux aussi font la fête une fois la journée de travail terminée. J’adore ces endroits historiques où la liberté règne, je ne suis peut-être pas né au bon endroit tout compte fait! »Le livre Québec Western : ville après ville coécrit par Jacques Blondin, Melissa Maya et Marie-Hélène Lebeau-Taschereau est disponible en librairie au coût de 32,95 $.

image