28 janvier 2016
Décret de population 2016
Saint-Hyacinthe fait des gains
Par: Benoît Lapierre
Photo François Larivière | Le Courrier ©

Photo François Larivière | Le Courrier ©

La ville de Saint-Hyacinthe a rattrapé le terrain perdu dans les statistiques sur la population que le gouvernement du Québec officialise chaque année par décret.

En janvier 2015, le maire Claude Corbeil avait froncé les sourcils en apprenant que le nombre d’habitants accordé à sa ville par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) avait reculé quelque peu, passant de 54 663 à 54 627, une perte de 36 citoyens.

D’abord incrédule – il ne s’attendait pas du tout à ça, avait-il avoué -, M. Corbeil s’était vite repris. « Disons que c’est une baisse pour mieux remonter », avait-il lancé, en parlant de tous les efforts qui sont déployés à Saint-Hyacinthe pour ­favoriser la croissance démographique de la ville.

M. Corbeil avait vu juste. Le décret de population 2016 pris par le Conseil des ministres le 16 décembre et publié dans la Gazette officielle du Québec le 30 ­décembre indique que Saint-­Hyacinthe possède maintenant 54 777 habitants, ce qui signifie 150 ­résidents de plus qu’en 2015.

« C’est une excellente nouvelle, nous avons une augmentation, et je ne peux pas m’en plaindre », a-t-il confié au COURRIER il y a quelques jours. Par ­rapport à la population de 2014 (54 663 habitants), Saint-Hyacinthe a réalisé un gain net de 114 habitants. Le rythme de croissance devra ­évidemment s’accélérer de beaucoup au cours des quatre prochaines années pour que l’administration Corbeil gagne son pari et que la population de Saint-Hyacinthe atteigne les 60 000 habitants d’ici 2020.

« L’étude SOM que nous avons ­commandée l’année dernière nous a ­donné des indices sur les façons de ­favoriser le développement. Nous allons utiliser ce rapport-là pour améliorer nos données. Au cours de la prochaine année, nous allons mettre beaucoup d’énergie à attirer de nouveaux citoyens et à conserver ceux qu’on a. Il y a beaucoup de travail à faire avec les employeurs, parce qu’on est proche du plein-emploi. Pour attirer des gens, en premier lieu, ça prend des jobs », a-t-il commenté.

La MRC aussi

La remontée de Saint-Hyacinthe dans les statistiques sur la population a fortement contribué à bonifier les chiffres pour ­l’ensemble de la MRC des Maskoutains.

Bien que la population soit en baisse dans 11 des 17 municipalités du ­territoire, la population totale de la MRC est passée de 86 394 à 86 463 habitants, ce qui donne une augmentation globale de 69 habitants (0,2 %). Mais comme la MRC avait subi l’an dernier une diminution de 164 habitants par rapport à 2014 (86 558 habitants), cette perte n’est que partiellement comblée par les nouvelles statistiques.

Outre Saint-Hyacinthe, il n’y a que cinq autres municipalités qui affichent une majoration du nombre d’habitants. ­Parmi elles, la plus forte hausse est­ ­observée à Saint-Dominique, où on ­recense 23 résidants de plus qu’en 2015. Viennent ensuite Saint-Simon (+13), la ville de Saint-Pie (+8), Sainte-Marie-­Madeleine (+3) et Sainte-Madeleine (+1). Du côté des valeurs négatives, c’est Saint-Jude qui ferme la marche en ce ­début de 2016 avec une perte de 38 résidents.

Disponible sur le site du ministère des Affaires municipales et de l’occupation du territoire (MAMOT), le dénombrement est basé sur des estimations faites par l’ISQ en date du 1er juillet 2015. « Ces données sont la référence pour l’application des lois et des règlements ainsi que pour l’application des programmes gouvernementaux », signale le MAMOT.

image