9 septembre 2021
Leylah Annie Fernandez et Félix Auger-Aliassime en demi-finale du US Open
Saint-Hyacinthe leur a donné leur première expérience internationale
Par: Maxime Prévost Durand

Félix Auger-Aliassime et Leylah Annie Fernandez, qui sont aujourd’hui en demi-finale du US Open, ont pu vivre l’une des premières expériences internationales de leur carrière à Saint-Hyacinthe en participant à la défunte Coupe LeBlanc. Photos André Debray

Il y a quelques années à peine, Leylah Annie Fernandez et Félix Auger-Aliassime disputaient leur première épreuve internationale de tennis à Saint-Hyacinthe en participant au défunt tournoi de la Coupe LeBlanc. Aujourd’hui, leur étoile brille plus fort que jamais alors qu’ils s’apprêtent à disputer pour la première fois de leur carrière une demi-finale en Grand Chelem dans le cadre du US Open, à New York.

Publicité
Activer le son

« De voir leurs performances au US Open et se dire qu’ils ont joué à la Coupe LeBlanc, c’est exceptionnel », s’est enthousiasmé le coprésident du tournoi, Philippe LeBlanc, lorsque joint par LE COURRIER en début de semaine.

Réservé aux athlètes de 12 ans et moins, le tournoi de la Coupe LeBlanc avait été créé afin de permettre aux meilleurs espoirs québécois et canadiens de rivaliser face à des athlètes de la scène mondiale, une opportunité plutôt rare à cet âge. Le tournoi a été présenté au Complexe de tennis Services financiers Guy Duhaime de 2007 à 2016.

Félix Auger-Aliassime avait fait partie de la délégation du Canada lors de deux éditions, en 2011 et en 2012, et avait connu de vifs succès. Il avait atteint la finale en simple dès sa première participation, à 11 ans, avant de rafler les honneurs avec Nicaise Muamba sans perdre une seule manche l’année suivante. Leylah Annie Fernandez avait pour sa part défendu les couleurs du Québec en 2014. Bien que le talent de la Lavalloise était déjà prometteur, elle ne s’était pas démarquée outre mesure lors de son passage à Saint- Hyacinthe.

« Pour Félix, je pense que ça l’a vraiment lancé [sur la scène internationale]. Il a vécu beaucoup de tournois depuis, mais la Coupe LeBlanc était une de ses premières compétitions internationales. Dans le cas de Leylah, elle n’a peut-être pas connu beaucoup de succès à la Coupe LeBlanc, mais cette expérience lui avait permis de se mesurer aux meilleures joueuses au monde de son âge pour la première fois. Et c’était ça l’objectif de la Coupe LeBlanc. Le but n’était pas juste de gagner le tournoi, mais de voir c’est quoi le niveau à l’international et de voir sur quoi travailler pour rivaliser avec les meilleures au monde », a raconté Philippe LeBlanc au bout du fil.

Écrire l’histoire

Leylah Annie Fernandez connaît un parcours cendrillon au US Open, ayant pris la mesure de la championne en titre du US Open et ancienne numéro 1 mondiale, Naomi Osaka, avant d’enchaîner avec la triple championne Grand Chelem Angelique Kerber et la cinquième tête de série Elina Svitolina. Celle qui a célébré son 19e anniversaire en début de semaine est même devenue la plus jeune athlète depuis Serena Williams à battre deux athlètes du top 5 mondial lors d’un même tournoi du Grand Chelem. Elle tentera d’en rajouter aujourd’hui, jeudi, alors qu’elle croisera le fer avec la deuxième tête de série Aryna Sabalenka.

Félix Auger-Aliassime, 21 ans, est quant à lui devenu le premier Canadien à atteindre les demi-finales du US Open et le plus jeune joueur à accéder au carré d’as depuis Juan Martin del Potro en 2009. Il a notamment écarté son bon ami et autre espoir du tennis masculin Frances Tiafoe – l’Américain était aussi passé par la Coupe LeBlanc en 2010 – et la vedette montante Carlos Alcaraz, un Espagnol que plusieurs voient déjà comme digne successeur à Rafael Nadal. Pour son match de demi-finale, il a lui aussi rendez-vous avec la deuxième tête de série, Daniil Medvedev.

Une renaissance de la Coupe LeBlanc?

Philippe LeBlanc ne peut s’empêcher de se réjouir de ces performances inspirantes, mais il avoue néanmoins avoir un goût « doux-amer » en raison de la fin qu’a connue la Coupe LeBlanc.

« C’est le fun de voir ça parce que ça prouve que les joueurs qui ont participé au tournoi étaient de très bon niveau, a-t-il dit. On le voit avec Leylah, qui n’avait pas gagné chez nous et qui est maintenant une des meilleures joueuses à être passées par la Coupe LeBlanc. En même temps, c’est plate que le tournoi n’ait pas pu continuer. »

Le tournoi de la Coupe LeBlanc pourrait être appelé à renaître sous une nouvelle formule, possiblement pour les 14 ans et moins, dans un avenir rapproché, a fait savoir M. LeBlanc. Saint-Hyacinthe ne ferait toutefois pas partie des plans.

« Il y a un groupe de gens de Québec, dont fait partie Sam Aliassime, le père de Félix, qui a l’idée de relancer la Coupe LeBlanc à Québec. Ça devrait repartir l’an prochain », a dévoilé Philippe LeBlanc, en ajoutant que rien n’était encore assuré.

image