1 juin 2017
Saint-Hyacinthe n’arrête pas de se construire
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Pour un organisme comme la Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe, qui regroupe et représente des gens d’affaires, il est certain que nous ne pouvons qu’être d’accord avec le projet Réseau Sélection et la revitalisation de la Promenade Gérard-Côté. Nous rejoignons aussi le consensus, car il y en a un quand on étudie les propositions de chacun des acteurs concernés, quant à l’importance de régler le problème du stationnement au centre-ville. Quant à l’intégration de la structure par Réseau Sélection avec l’environnement architectural d’un centre-ville où se voisine un bâti datant parfois du 18e ou du 19e siècle ou même magnifiquement contemporaine, comme le Centre des arts Juliette-Lassonde, c’est un défi auquel nous sommes tous conviés, celui de penser, non pas seulement à l’avenir d’un centre-ville qui a grandement besoin d’investissements, mais aussi ce à quoi ressemblera Saint-Hyacinthe demain sur tout son territoire. 

Il y a des moments charnières dans la vie d’une communauté et celui que nous vivons actuellement est unique et sans précédent. Il y a une énergie, une volonté de développer qui se voit au nord de la ville, mais qui est aussi présente autant dans le secteur privé que dans l’ensemble de la région. Nous nous développons à un rythme qui ne doit cependant pas nous faire oublier, l’occasion unique qui est la nôtre actuellement, d’engager toutes les forces vives de Saint-Hyacinthe dans ce grand projet qui prend peu à peu forme sous nos yeux et, dans un effort collectif et concerté : réussir ensemble notre ville.

Le projet Réseau Sélection et celui éventuellement de la revitalisation de la Promenade Gérard-Côté, nous questionnent positivement sur des enjeux que nous ne pouvons pas et ne pourrons pas éviter. Nonobstant le stationnement au centre-ville, qui est un enjeu d’une très grande importance en soi, nous devons également élargir notre réflexion pour tenir compte de plusieurs éléments qui vont définir le périmètre urbain qui sera le nôtre demain et les paramètres nous permettant de le réaliser.

L’un de ces enjeux est le fait que nous serons bientôt une ville enclavée dans la zone agricole, une des zones agricoles les plus fertiles et les plus productives au Québec. Il y a là un débat de société qui dépasse, bien entendu, largement le strict cadre de notre seule communauté, mais il nous concerne au premier chef, parce que nous serons, dans un avenir pas si lointain, une des premières villes de notre taille, confrontée au défi de continuer à nous développer, tout en assurant la protection de la zone agricole.

Nous avons, comme communauté, une occasion non pas seulement de nous démarquer et de signifier que nous souhaitons la préservation de cette zone agricole, mais d’être des pionniers, comme nous le sommes en matière de biométhanisation.L’agriculture, selon les données de la MRC des Maskoutains, c’est près de 22 millions $ en investissements en 2016. Nous sommes une technopole et nous sommes reconnus depuis longtemps comme la capitale de l’agroalimentaire au Québec. Préserver la zone agricole doit être intégré dans les paramètres d’ingénierie de la ville que nous construisons actuellement pour demain.

Un autre enjeu concerne la conciliation de l’habitat patrimonial à des structures plus modernes et densifiées. La densification d’un milieu se heurte souvent au défi de l’acceptation sociale. Il faut, au départ, accepter le fait que les gens tiennent à leur quiétude et qu’ils ont peur de la perdre. Ils ont choisi, comme résidants ou commerçants, un milieu de vie et on le transforme. Ils se posent des questions et ils ont raison. (…)

Ce qu’il est important de se rappeler, c’est comment nous allons réussir, ensemble, à gérer la cohabitation citoyenne, architecturale et commerciale. Le conseil municipal de Saint-Hyacinthe et le projet Réseau Sélection nous proposent une vision qui intègre plusieurs dimensions et plusieurs hypothèses pour répondre aux défis d’un centre-ville comme milieu de vie. À nous maintenant, comme citoyens et citoyennes et comme milieu socio-économique de participer à la réflexion dans une perspective respectueuse et collective.

Le Saint-Hyacinthe de demain sera construit à partir d’une concertation urbaine. Écoutons, définissons nos attentes, analysons les données et les études ou réflexions existantes, étudions les potentialités et les hypothèses de transformation, en tenant compte des forces et des faiblesses de notre territoire urbain, imaginons les nouveaux espaces publics et comment nous nous déplacerons, pensons au mode d’habitation qui sera le nôtre et celui de nos enfants et petits-enfants et, enfin, comment chaque citoyen et citoyenne de Saint-Hyacinthe vivra en harmonie avec son environnement quotidien.

Tout un défi me direz-vous, mais n’est-ce pas le fait du vivre ensemble sur un territoire et je nous vois très bien le relever collectivement, comme nous l’avons si souvent fait dans le passé.

Merci d’avoir pris le temps de me lire.

image