31 mai 2012
Les orages de mardi
Saint-Hyacinthe n’y a pas échappé…
Par: Le Courrier

Ce n’est pas un, mais plusieurs orages passablement violents qui ont balayé la région entre 17 h et 18 h mardi, déversant sur leur passage une pluie diluvienne souvent accompagnée de grêlons, comme bien des Maskoutains inquiets ont pu le constater.

« Des orages, il y en a eu pas mal. On en voyait partout sur le radar, qui arrivaient du sud-ouest. Ça faisait peur », a raconté le météorologue Michel Morissette, qui signe une chronique météo dans LE COURRIER.

Comme une première série d’orages avait traversé la région tôt mardi matin, les quantités de pluie enregistrées pour toute la journée sont appréciables. Ainsi, la Ville de Saint-Hyacinthe a reçu 50 mm d’eau au total, dont 36 mm durant l’orage de la fin de l’après-midi. « On a déjà vu pire que ça, jusqu’à 60 mm pour un seul orage, mais c’était quand même de bons orages avec des rafales de vent jusqu’à 60 km/h et de la grêle de un à deux centimètres », a poursuivi M. Morissette.Selon ce qu’il a pu observer dans la région, c’est la ville d’Acton Vale qui a reçu les plus fortes quantités d’eau, et jusqu’à 50 mm durant l’orage de l’après-midi, ce qui s’est traduit à cet endroit par une accumulation de 71 mm pour toute la journée. « Ça a frappé fort aussi du côté de Saint-Damase et de Rougemont », signale le météorologue. En ce qui concerne la grêle, c’est dans le secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu que la mitraille s’annonçait la plus dévastatrice : dans l’orage qui est passé là-bas, le radar avait détecté des grêlons de un à deux pouces de diamètre, a souligné M. Morissette.Certains concessionnaires automobiles de la ville de Saint-Hyacinthe ont dû faire appel à des carrossiers afin de réparer les dommages causés à leur flotte de véhicules.

Sous-sols inondés

Comme cela se produit parfois à Saint-Hyacinthe lorsque le ciel déverse sur la ville de grosses quantités de pluie en très peu de temps, quelques rues ont été envahies par l’eau mardi soir, principalement dans les quartiers Douville et Saint-Sacrement.

Des sous-sols ont été inondés dans ces secteurs et le service de Sécurité incendie a été appelé à prêter main-forte au service des Travaux publics pour l’évacuation de l’eau dans les résidences à l’aide de petites pompes submersibles.« En plus de l’équipe de garde en caserne, nous avons dû rappeler une équipe. Nous avions donc 20 pompiers à pied d’oeuvre », a indiqué Pierre Jolin, chef aux opérations. C’est son collègue, Raynald Demers, qui a supervisé les interventions de mardi soir, lesquelles se sont poursuivies jusqu’à 23 heures. Les pompiers sont intervenus dans onze résidences, en plus de répondre à un appel pour des fils électriques touchés par la foudre. « L’orage nous a tenus occupés, mais c’était raisonnable par rapport à ce qu’on a déjà connu », a souligné M. Jolin.Quant au service des Travaux publics, il a dû répondre à une trentaine d’appels de citoyens, dont une dizaine pour des refoulements d’égout. Dans d’autres cas, il pouvait s’agir de gens qui s’inquiétaient de la montée de l’eau dans la rue ou du comportement de leur propre système de protection contre les refoulements. « Nous avons effectué plusieurs visites, mais je dirais que somme toute, le réseau s’est relativement bien comporté. Il n’y a pas eu beaucoup de dégâts », a indiqué Jocelyn Bazinet, surintendant Voirie et Infrastructure au service des Travaux publics.

image