14 octobre 2021
Saint-Hyacinthe veut sévir contre les voitures modifiées
Par: Sarah-Eve Charland

Des citoyens observent une présence accrue de voitures modifiées à Saint-Hyacinthe. Photo Pixabay

Les utilisateurs de voitures modifiées sur le terrain de l’Exposition agricole pourraient se voir imposer des amendes qui varient entre 100 $ et 1000 $. Agacée par la recrudescence de ces véhicules sur le territoire, la Ville de Saint-Hyacinthe a annoncé qu’elle sévira à l’avenir.
Publicité
Activer le son

Le conseiller municipal du district Sacré-Cœur, David Bousquet, s’est montré exaspéré lors de la séance du conseil du 20 septembre. En plus de recevoir des commentaires des citoyens, il a aussi observé une plus grande présence de véhicules modifiés bruyants sur les voies et stationnements publics.

« Je ne sais pas si c’est une conséquence de la pandémie ou une mode. On observe de plus en plus de véhicules très bruyants. Je ne dis pas qu’ils font des courses, mais ils sont très bruyants. Les propriétaires de ces véhicules-là se rassemblent le soir pour faire du bruit. Comme on me l’a expliqué, ils rincent leur moteur pour le plaisir. Clairement venir rincer un moteur ou circuler avec un véhicule bruyant sur les voies publiques du secteur urbain de la ville, c’est inacceptable », affirme M. Bousquet.

Il ajoute que la Ville a choisi de faire appliquer le règlement municipal qui interdit le flânage dans les lieux publics. Les personnes contrevenant à ce règlement pourraient recevoir une amende pouvant atteindre 1000 $. La Ville installera aussi de la signalisation pour informer les utilisateurs du terrain.

« On va outiller de cette manière-là la Sûreté du Québec qui pourra, si elle observe la présence d’un rassemblement de véhicules, intervenir en donnant des constats d’infraction. […] C’est dommage qu’on en soit venu à être obligé d’appliquer le règlement sur le terrain de l’Exposition. […] On pense que c’est une manière de solutionner le problème. Personnellement, à la base, les citoyens devraient se responsabiliser. On a une obligation, quand on vit en société, de se respecter les uns les autres. Il y a un endroit approprié pour ce genre d’activité. C’est d’aller à Sanair et de participer aux activités organisées sur la piste de course », dénonce-t-il.

image