19 mai 2011
Un an après le glissement de terrain
Saint-Jude se souvient
Par: Le Courrier

Plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées, dimanche, en l’église de Saint-Jude pour une messe consacrée à la mémoire de la famille Préfontaine, emportée il y a un an par le glissement de terrain qui a secoué la petite communauté.

Publicité
Activer le son

Dans une cérémonie hautement symbolique, l’abbé Bertrand Jodoin a invité l’assemblée à bénir avec lui une urne remplie d’eau qui a ensuite été portée par les pompiers de Saint-Jude jusqu’à un arbre du souvenir, planté dans le parc adjacent, au coeur de la municipalité.

« Avec cet arbre, nous voulons enraciner la famille Préfontaine dans notre esprit », a expliqué l’abbé, alors qu’il se recueillait auprès des quatre cierges qui avaient été allumés en début de cérémonie en l’honneur de Richard Préfontaine, de son épouse Line et de leurs filles Amélie et Anaïs.L’abbé a raconté comment il s’était remémoré le jour fatidique du 10 mai 2010 en relisant notamment des notes manuscrites qu’il avait préparées pour les funérailles.« Une chose importante qui avait été dite, je crois, c’était qu’il fallait prendre le temps de s’occuper de nous. Je regarde cette année que nous venons de passer et je constate comment notre amitié et notre attitude d’ouverture aux autres nous ont permis d’avancer. Bien sûr, nous n’avons pas oublié. Quand on aime, on n’oublie pas. Quand un coeur est blessé, comme le nôtre l’an dernier, il n’oublie jamais. » Toutes les personnes qui ont assisté à la cérémonie se sont déplacées dehors, sous la pluie, pour verser l’eau bénite au pied du petit arbre. Ils ont ensuite été invités à laisser tomber une poignée de terre. « Son nom le dit : l’arbre du souvenir est là pour que nous gardions en mémoire la famille Préfontaine, qu’elle soit de nos fêtes et de nos activités », a indiqué la directrice générale de la municipalité, Sylvie Beauregard. C’est à l’initiative de l’administration de Saint-Jude que l’arbre a été planté et qu’une plaque commémorative a été installée. « Après un an, nous avons assez parlé du glissement de terrain. La nature, c’est la nature. Maintenant, laissons toute la place aux souvenirs que nous gardons de la petite famille », a souhaité le maire Yves de Bellefeuille, au terme de la cérémonie.

image