23 mai 2019
Bloc québécois
Salle comble pour Simon-Pierre Savard-Tremblay
Par: Olivier Dénommée

Simon-Pierre Savard-Tremblay a été élu par acclamation à l’investiture du Bloc québécois. Il était notamment appuyé par son chef Yves-François Blanchet, Xavier Barsalou-Duval, député de Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères, l’ancien chef Gilles Duceppe et la précédente députée bloquiste de Saint-Hyacinthe-Bagot (maintenant Saint-Hyacinthe-Acton), Ève-Mary Thaï Thi Lac. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Il y a un an à pareille date, le Bloc québécois vivait une importante crise de leadership qui donnait des munitions à ceux qui prévoyaient la mort imminente du parti. La soirée d’investiture dans la circonscription de Saint-Hyacinthe-Acton, organisée le 13 mai dans une salle du restaurant Lussier à Saint-Hyacinthe, confirme que cette crise est de l’histoire ancienne. Une salle galvanisée a accueilli avec enthousiasme son candidat Simon-Pierre Savard-Tremblay en vue de l’élection du 21 octobre.

publicité

L’ambiance était festive au Lussier et plusieurs ténors de la cause souverainiste étaient sur place pour saluer la candidature de M. Savard-Tremblay, professeur, essayiste et chroniqueur âgé de 31 ans, qui espère ravir la circonscription à la néodémocrate Brigitte Sansoucy. « C’était un beau moment et c’était exceptionnel de voir qu’il manquait de chaises pour accueillir tout le monde », a commenté Simon-Pierre Savard-Tremblay quelques minutes après son allocution. « Il ne manquait qu’une personne dans la salle : Bernard Landry qui m’avait promis qu’il serait là pour me soutenir lorsque je ferais le saut en politique. »

Le choix de Saint-Hyacinthe-Acton s’est imposé naturellement pour le candidat, qui a un pied-à-terre dans la région depuis un an, mais qui a surtout vécu ses premières expériences militantes à Saint-Hyacinthe. « J’ai un lien affectif très fort avec la circonscription et je connais bien les enjeux qui touchent à la région. » Notamment, les « dérives de la gestion de l’offre » font partie de ses sujets de prédilection, qu’il compte aborder abondamment au cours de la campagne à venir.

Souverainiste convaincu, M. Savard-Tremblay croit que le Québec doit se donner un pays s’il souhaite véritablement s’épanouir, mais ne s’inquiète pas outre mesure de voir un gouvernement nationaliste, mais non souverainiste, à Québec. « L’indépendance, ce n’est pas une question de drapeau, c’est une question de statut. Nous, on souhaite avoir l’ensemble des pouvoirs pour le Québec. La CAQ souhaite en obtenir quelques-uns, alors on n’est pas contre! », explique le candidat. À quelques mois de l’élection, Simon-Pierre Savard-Tremblay s’attend à une chaude lutte à trois.

Témoignages sentis

Avant son discours, plusieurs personnes ont exprimé tout le bien qu’ils pensaient de M. Savard-Tremblay. Sa jeunesse, ses vastes connaissances de divers dossiers chauds de la région et son talent pour le débat ont été soulignés. Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a été jusqu’à le qualifier de « baveux » avec « une grosse tête et une grande gueule »… exactement le genre de candidat qu’il cherchait pour l’élection d’octobre. « Je veux des candidats qui ont de fortes personnalités et des idées claires », a-t-il déclaré en assurant à la salle que son nouveau candidat était né pour devenir député et que Saint-Hyacinthe-Acton avait affaire à un homme de conviction qui saura faire réfléchir chaque fois qu’il ouvrira la bouche.

Quelques jours à peine après son investiture, M. Savard-Tremblay apparaissait déjà au côté de son chef à un point de presse à Ottawa, signe qu’il risque d’être présent et très visible au cours des prochains mois.

image