28 novembre 2013
Salon de Tokyo, techno et auto!
Par: Marc Bouchard

La salon de Tokyo a sa personnalité propre. Totalement absents du décor, les constructeurs américains, coréens et européens laissent en général toute la place aux constructeurs japonais.

Publicité
Activer le son

Seul les manufacturiers allemands occupent un coin du salon, discrètement, et se contentent de lever le voile sur des voitures déjà connues pour la plupart, ou lancées au même moment au salon de Los Angeles.

Ce sont donc les manufacturiers du pays du Soleil levant qui se chargent de démontrer leur savoir-faire tant en termes de style que de technologie. Au menu, bien sûr, toutes les voitures vertes et électriques imaginables. Mais on pousse l’expérience plus loin en créant une section sur la mobilité urbaine, faisant la démonstration de véhicules monoplace ou biplace. En 2020, alors que Tokyo recevra les Jeux Olympiques, on espère que la ville pourra en même temps être une vitrine pour les nouvelles technos autos, notamment les voitures autonomes, et c’est exactement ce que le salon veut démontrer. Parmi les exposants aussi, quelques voitures de série plus simples, des fabricants de camion, des vendeurs de pièces et d’outils et quelques compagnies de technologie. Sans oublier l’omniprésence de charmantes hôtesses, une obligation culturelle au Japon. Voici donc quelques vedettes de ce grand salon. Nissan GT-R 2016 : la super voiture, baptisée Godzilla, reçoit quelques changements, mais on lui ajoute surtout une version Nismo. Je l’ai testé et c’est toute une voiture avec ses 600 chevaux. Le design est quelque peu modifié, mais c’est la mécanique qui a subi le plus grand changement. La voiture est plus stable et plus puissante que jamais, mais a aussi acquis une maturité qui la rend plus confortable. Nous avons pu l’essayer sur piste en marge du salon, et elle est spectaculaire. La Nissan IDX Nismo concept : une voiture conçue pour les jeunes, par les jeunes. On rappelle quelques souvenirs, notamment l’ancienne Datsun 510, mais c’est surtout le mode de construction, en cocréation avec des jeunes embauchés pour l’occasion, qui la rend unique. Pour le moment seulement prototype, la voiture fera le tour des grands salons mondiaux afin d’évaluer son potentiel de commercialisation futur. Toyota FCVR : alors que les voitures électriques sont monnaie courante chez les manufacturiers (du moins dans les salons car sur la route, elles sont encore très rares), Toyota choisit de pousser un peu plus loin en confirmant le lancement d’une voiture à hydrogène de seconde génération en 2015. Capable d’une autonomie de 500 kilomètres, son réservoir se remplit en 3 minutes… à la condition de trouver l’hydrogène. Toyota FV2 : voiture ou vélo, difficile à dire, mais le FV2 est un petit véhicule à passager unique et d’abord et avant tout un exemple de connectivité entre les voitures. Il reçoit l’info et évite les collisions. Et le FV2 sera intelligent puisqu’il sera à même de comprendre et de saisir l’humeur de son conducteur, notamment via une analyse vocale et visuelle. L’historique enregistré lui permettra également de suggérer des destinations.  Coms, de Toyota Body : un des petits véhicules électriques deux passagers disponibles. Nissan en possède aussi un à émissions zéro. L’espace est restreint, les deux passagers sont assis l’un derrière l’autre, mais la recharge est ultrarapide. Le véhicule est conçu pour les déplacements en ville et l’autopartage. Suzuki X Lander concept : voilà pourquoi on s’ennuie de Suzuki. Loin des voitures traditionnelles que l’on nous offrait au Canada (la marque n’y sera plus présente dès l’an prochain), les autos Suzuki et leurs concepts sont modernes et osés en sol japonais. Le X Lander est inspiré de la réelle Jimny et est animé par un moteur 1,3 litre jumelé à une toute nouvelle boîte de vitesses manuelle. Il est équipé d’un système hybride compact et léger intégrant un moteur électrique associé à une transmission intégrale.

Et des trouvailles

Le salon de Tokyo permet aussi de trouver des éléments, avouons-le, moins courant.

Pneus sans air de Bridgestone : créé par Michelin sous le nom de Tweel il y a plusieurs années, le pneu sans air est repris par Bridgestone selon un nouveau concept. Oubliez les parois latérales, ici ce sont des rayons de caoutchouc qui font office de support. Faite en résine synthétique thermoplastique, sa structure en rayons entrelacés est capable de supporter le poids d’un véhicule, même très lourd. Voiture NTN : cette petite voiture, très urbaine, a comme mission de se glisser partout. En fait, avec son système multidirectionnel, ses quatre roues totalement orientables, la NTN (du nom d’une compagnie de roulement à billes japonaise) se dirige littéralement dans tous les sens. Elle peut tourner sur elle-même ou se stationner latéralement, en se glissant simplement de côté. Toute électrique, elle n’est, pour le moment, qu’au stade de prototype. Tracteur Okuyama : le designer Ken Okuyama a présenté plusieurs réalisations au salon de Tokyo, mais la plus spectaculaire est sans doute un tracteur extrême. Mécaniquement semblable aux meilleurs du marché, il reçoit surtout un ensemble de gadgets électroniques uniques. Honda Uni-Cub2 : on l’avait vu en 2011, le revoici en version améliorée en 2013. Le Uni-Cub2 est en fait une petite chaise électrique capable de se déplacer sur simple mouvement de son occupant. Basé sur le robot humanoïde Asimo, le Uni-Cub2 est plus léger et plus rapide que son prédécesseur, toujours en usage au musée de l’innovation de Tokyo. On espère le commercialiser bientôt comme chaise de bureau.

image