29 avril 2021
Carte blanche
Savez-vous planter des clous?
Par: Christian Vanasse

Hé, j’ai presque failli raser proche de vous écrire : vous avez jusqu’à vendredi 30 avril pour aller chercher vos arbres, vendus par la Ville jusqu’à épuisement des stocks… quand j’ai réalisé que les stocks étaient épuisés. Depuis le 7 avril. Vous étiez en avance et moi en retard. Joie. En fait, je suis impressionné. En moins d’une semaine, zoup, tous les arbres ont trouvé leur trou! Vous ne m’entendrez pas chialer contre cette initiative. Planter un arbre est toujours une bonne idée qui va bénéficier à tout le monde dans… des dizaines d’années.

Publicité
Activer le son

Je ne chiale pas. Je constate. On m’a déjà dit que l’argent qu’on ne perd pas vaut souvent plus que l’argent qu’on gagne. C’est encore plus vrai avec les arbres. C’est bien d’en planter, c’est encore mieux de ne pas en couper.

Et actuellement, malgré les efforts citoyens, on coupe bien plus qu’on plante. Cette semaine, un reportage de Radio-Canada montrait des citoyens qui plantaient des clous dans les arbres pour empêcher l’industrie forestière de saccager des forêts publiques dans les Hautes-Laurentides. « Ce n’est pas de la désobéissance civile, c’est de la dissidence », avoue André Chevalier, surnommé « l’homme qui plantait des clous ». « La lutte, dit-il, est entre le bien-être des citoyens et le profit des entreprises; le gouvernement est prêt à sacrifier notre bien-être pour les actionnaires, alors nous, on va planter des clous. »

Le scientifique Hubert Reeves a dit : « Actuellement, l’homme mène une guerre contre la nature. S’il gagne, il est perdu. » Des citoyens concluent donc que si ce n’est pas dans les arbres, c’est dans nos cercueils qu’on va planter les clous. Planter un arbre est un geste noble. Les conserver est courageux.

image