14 novembre 2013
Conférence-bénéfice à la Médiathèque
Se réconcilier avec la vie selon Jacques Salomé
Par: Le Courrier
Jacques Salomé est l'auteur de plus d'une soixantaine de livres qui sont traduits dans 24 pays.

Jacques Salomé est l'auteur de plus d'une soixantaine de livres qui sont traduits dans 24 pays.

Apprécier la vie pour s’aimer soi-même et être aimé en retour. C’est l’approche que proposera le psychosociologue et écrivain Jacques Salomé lors de son passage au Centre des arts Juliette-Lassonde le 19 novembre, à compter de 19 h 30, dans le cadre d’une conférence-bénéfice organisée par la Médiathèque maskoutaine.

Publicité
Activer le son

Jacques Salomé invite les gens à se réconcilier avec la vie afin de vivre en paix avec soi-même, et avec les autres, par la même occasion. L’écrivain donnera en conférence une série de conseils afin d’apprendre à s’aimer et à respecter sa propre vie.

« La ferveur de vivre, c’est d’abord une invitation à ne pas confondre la vie et l’existence, expose l’écrivain. Beaucoup de gens disent que la vie est difficile, mais ce n’est pas la vie qui l’est, c’est l’existence, tout ce qui se passe entre la conception et la fin de vie quand on passe dans l’au-delà. La vie est un véritable miracle qui ne mérite pas d’être maltraité, alors on doit lui en être reconnaissant et l’apprécier. »Selon l’auteur, ce respect et cet amour de la vie débute le jour où l’être humain apprend à s’aimer d’un amour de bienveillance, une valeur qui devrait être inculquée par tous les parents à leurs enfants.« Il faut apprendre à s’aimer parce que si on ne s’aime pas, on sera dans le besoin d’être aimé. On aura beau dire « je t’aime, je t’aime », ça voudra dire « aime-moi, aime-moi » et cela ne nous permettra pas de grandir comme il faut. Ensuite, il faut se respecter pour trouver la confiance en soi. Se respecter pour qu’il y ait une valeur, non pas pour ce que je fais, mais pour ce que je suis, aujourd’hui », énumère-t-il.« Quatrième facteur, il faut rester fidèle à soi-même. »Jacques Salomé soutient que les maladies sont des langages et que « le silence des mots réveille la violence des maux ». Il incite au développement personnel en stimulant la réflexion et la prise de conscience depuis le début de sa carrière. Qualifié d’humaniste, il offre des conférences autant au Québec qu’en France, d’où il est originaire, et favorise dans sa démarche l’accessibilité au bonheur.« Si je peux donner cinq trucs, cinq balises pour apprendre à se respecter, il y aurait d’abord, apprendre à dire non. Se définir en ne laissant pas parler les autres sur nous, mettre de l’avant la discussion à la première personne du singulier. Privilégier la partie aveugle de la communication qui est le ressenti, parce qu’on s’attarde trop souvent aux faits et faire attention à ne jamais confondre les sentiments et le ressenti » explique-t-il.L’auteur dit être longtemps passé à côté du bonheur et souhaite aujourd’hui transmettre ce que son expérience de vie lui a appris plutôt que de relater des théories. Il proclame haut et fort d’arrêter de se rendre malheureux et ainsi l’existence sera plus facile.Jacques Salomé sera de passage au Québec jusqu’au 24 novembre. Après la conférence au Centre des arts, il effectuera un bref arrêt aux Belles soirées à l’Université de Montréal et terminera son séjour au Salon du livre de Montréal les 22, 23 et 24 novembre. Les billets pour la conférence-bénéfice à Saint-Hyacinthe sont disponibles au coût de 20 $ dans les deux bibliothèques de la Médiathèque maskoutaine. Tous les bénéfices serviont à financer le programme d’animation des bibliothèques.

image