6 octobre 2011
Son défi le plus imposant depuis Arthur Abraham
Sébastien Demers affrontera Allan Green à Québec
Par: Maxime Desroches
La dernière victoire de Sébastien Demers remonte au 6 mars 2010, contre William Joppy.

La dernière victoire de Sébastien Demers remonte au 6 mars 2010, contre William Joppy.

On ne peut pas dire que Sébastien Demers choisit ses adversaires. Le Maskoutain se frottera à l’Américain Allan Green au Colisée Pepsi de Québec, le 5 novembre, en sous-carte du duel entre Lucian Bute et Glen Johnson.

Ce sera la première fois en près d’un an que Demers (31-4, 11 K.O.) remontera dans l’arène, son dernier combat remontant au 3 décembre 2010, lorsque Renan St-Juste l’avait vaincu par mise hors de combat au second round.

Double Trouble devait faire son retour sur le ring en août, contre l’Américain Andre Dirrell, mais celui-ci avait finalement renoncé au combat à deux reprises.Green (30-3, 21 K.O.) a quant à lui connu la victoire à son dernier duel, le 13 août, mais avait précédemment subi un revers par K. O. en novembre 2010 contre celui qui affrontera Lucian Bute en tête d’affiche de la soirée, Glen Johnson. « Ça ne fait aucun doute que c’est toute une commande qui attend Sébastien. Green est un ancien participant à la Classique Super Six. Sa fiche parle d’elle-même. C’est un gros cogneur, comme en témoignent ses 21 victoires par mise hors de combat », affirme Bernard Barré, directeur du recrutement pour le Groupe Yvon Michel (GYM).C’est d’ailleurs grâce à une collaboration entre le GYM et Interbox, le promoteur de la soirée, que Demers obtiendra cette opportunité de relancer sa carrière.

Retour à un style agressif

S’il désire connaître du succès face à Green, Demers devra semer le doute dans l’esprit de son opposant dès les premiers instants de l’affrontement.

« Le plan de match de Sébastien devrait être de le sortir de sa zone de confort. Green peut être intimidé. Il doit en tirer profit s’il veut s’imposer dans ce combat », a analysé Barré.Même s’il en sera à un premier combat en 11 mois, le boxeur de 31 ans a tout de même tenu un entraînement rigoureux durant la période estivale. Il a notamment fait un séjour de trois semaines en Angleterre afin d’aider à la préparation de l’Irlandais Matthew Maclkin à un combat de championnat du monde. Il profitera par ailleurs de l’appui de la foule partisane du Colisée Pepsi, contrairement au combat qu’il devait livrer à Dirrell à Oakland.« Je sais qu’il est motivé et qu’il s’est entraîné très fort en gymnase avec son nouvel entraîneur, Howard Grant. J’aurais toutefois souhaité qu’il demeure avec ses entraîneurs Marc Seyer et Alain St-Amand du Club de boxe de Saint-Hyacinthe. Ils avaient une belle complicité avec Sébastien car ils étaient ses instructeurs depuis ses tous débuts en boxe amateur. »

image