27 avril 2017
En spectacle au Zaricot
Second plongeon pour Natation
Par: Olivier Dénommée
« Le but de ce EP est de voir si on peut en arriver à faire un vrai album. Ça serait notre prochaine étape », croit Olivier Legault (deuxième à gauche), qui travaille déjà sur du nouveau matériel avec le groupe. Crédit : Kevin Le Murphy

« Le but de ce EP est de voir si on peut en arriver à faire un vrai album. Ça serait notre prochaine étape », croit Olivier Legault (deuxième à gauche), qui travaille déjà sur du nouveau matériel avec le groupe. Crédit : Kevin Le Murphy

Après un premier effort ne faisant pas dans la dentelle (l’étrangement titré Fuck la pleine lune), le quatuor de rock montréalais Natation propose un son plus mature et un titre plus discret avec Dive. Si le lancement officiel est prévu ce samedi 29 avril à Montréal, le groupe s’arrêtera tout de même la veille au Zaricot, pour réchauffer la foule avant la performance d’Anatole.

Un an et demi après son premier mini-album, le groupe a beaucoup évolué, et ça s’entend. « Le premier enregistrement a été très rapide, mais on a pris plus de temps pour Dive, il est plus travaillé », compare le bassiste Olivier Legault, membre fondateur de Natation. Le groupe, considéré bilingue, passe aisément du français à l’anglais, mais privilégie à 75 % la langue de Shakespeare pour ce second opus. Le musicien nuance cette majorité anglophone. « Au total depuis nos débuts, la moitié de nos chansons sont en français », précise-t-il. D’ailleurs, un vidéoclip a été créé autour de « Prestone », la seule chanson en français de Dive, mais aussi la plus lourde et la plus agressive.

Le EP Dive sera disponible ce vendredi 28 avril, juste à temps pour le spectacle le même soir. Ce « pré-lancement » sera aussi la première performance du groupe en sol maskoutain, mais aussi un premier spectacle en compagnie d’Alexandre Martel, alias Anatole.

Deux énergies

Natation et Anatole n’ont que très peu en commun, et c’est tant mieux. « Il y aura vraiment deux énergies sur scène : Anatole est plutôt synthpop, alors que Natation est vraiment rock! Notre travail est de baisser l’inhibition de la foule, pour qu’Anatole l’achève ensuite », lance Olivier Legault.

Pas convaincus? « L’énergie de Natation, c’est vraiment en spectacle que ça se passe. Ce sera une soirée haute en couleur où on va se sortir de notre zone de confort », conclut le bassiste. C’est ce vendredi 28 avril dès 20 h que ça se passe, au Zaricot.

image