24 novembre 2011
Journée mondiale contre le sida
Sensibiliser grâce à la chanson
Par: Le Courrier
Yvan Pion, auteur-compositeur-interprète; Alexandre Côté, directeur général de l'organisme Les Oies Blanches Actions Hépatites - VIH et intervenant; Micheline Lavallée, adjointe administrative; et Valérie Ouellet, présidente de l'organisme.

Yvan Pion, auteur-compositeur-interprète; Alexandre Côté, directeur général de l'organisme Les Oies Blanches Actions Hépatites - VIH et intervenant; Micheline Lavallée, adjointe administrative; et Valérie Ouellet, présidente de l'organisme.

À l’occasion de la Journée mondiale contre le sida, l’organisme Les Oies Blanches Actions Hépatites – VIH tiendra une journée d’information et de prévention le jeudi 1er décembre aux Galeries de Saint-Hyacinthe de 9 h à 21 h et organisera un souper-spectacle-bénéfice le dimanche 4 décembre au Zaricot.

C’est avec la participation de l’auteur-compositeur-interprète Yvan Pion qu’aura lieu le spectacle-bénéfice. Ce dernier a réuni plusieurs artistes maskoutains de la scène musicale, tels Stanley Colimon, Chantale Goulet, Magalie Bélanger, Martin Brodeur avec Charlène Blanchette, François Letarte et Mélanie Petit.

Le spectacle débutera à 19 h et un buffet sera servi. Les billets, au coût de 20 $, sont disponibles dès maintenant au Zaricot ainsi qu’au local de l’organisme au 1195, rue Saint-Antoine, local 307.

Une augmentation de 800 cas annuellement au Québec

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, 17 920 personnes étaient atteintes du VIH au Québec en 2008, tandis que 800 nouveaux cas sont dénombrés annuellement par l’Agence de la santé publique du Canada depuis 2007.

Selon Valérie Ouellet, présidente de l’organisme Les Oies Blanches Actions Hépatites – VIH, on peut calculer près d’une dizaine de nouveaux cas du VIH annuellement dans la région de Saint-Hyacinthe.Cette augmentation est déplorable dit-elle puisque la population est de plus en plus renseignée au sujet de la maladie et de ses risques de transmission. Elle attribue la faute au phénomène de banalisation. « Le grand défi est de contrer la banalisation et la méconnaissance de la médication. J’entendais dernièrement le docteur Réjean Thomas qui est une sommité au Québec dans les traitements et la prévention dire que toutes les tranches d’âge de la population se protègent de moins en moins », indique Mme Ouellet.« En dix ans, on a assisté à une augmentation considérable de toutes les infections transmises sexuellement, ajoute-t-elle. On a juste à penser à la syphilis qui était une maladie pratiquement enrayée au Québec. Il y a une augmentation des cas de 600 % dans les dix dernières années. »Bien que les personnes atteintes du sida aient désormais accès à une médication afin de prolonger l’espérance de vie d’un peu plus d’une vingtaine d’années, les effets secondaires de la médication ne sont pas à prendre à la légère.« Le sida et les ITS ne font plus aussi peur. Les médicaments donnent l’espoir d’une guérison sinon d’une meilleure qualité de vie. Par contre, on meurt encore du sida. Pas de la même façon que dans les années 80, mais les effets d’une médication forte et donnée à long terme, cela se fait sentir. »Alexandre Côté, directeur général de l’organisme et intervenant, a profité de l’occasion pour annoncer un nouveau service offert par l’organisme afin de s’adapter aux besoins de la clientèle. « Notre organisme offre déjà des ateliers de sensibilisation en milieu scolaire, des interventions individuelles et compte ajouter prochainement des groupes d’entraide pour les personnes atteintes de l’Hépatite ou du VIH et de ses complications », fait savoir M. Côté.La nature de ces groupes de discussions dépendra de la demande et chacun débutera de manière hebdomadaire dès que l’organisme aura accumulé près d’une dizaine d’inscriptions. Les inscriptions pour ces groupes ont lieu au bureau de l’organisme ou encore, en téléphonant au 450 773-3026.

image