28 mai 2020
Hockey collégial
Séparation entre les Lauréats et Louis-Philippe Blanchet
Par: Maxime Prévost Durand

L’entraîneur-chef des Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe, Louis-Philippe Blanchet, ne sera pas de retour derrière le banc de la formation la saison prochaine. Photothèque | Le Courrier ©

Un an après avoir conduit les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe jusqu’à la conquête de leur premier titre dans la ligue collégiale de hockey du RSEQ, l’entraîneur-chef Louis-Philippe Blanchet a vu son aventure avec la formation maskoutaine prendre fin il y a quelques semaines. La séparation s’est officialisée après que son contrat n’ait pas été renouvelé.

Publicité
Activer le son

Blanchet s’était joint à l’organisation à la fin de la campagne 2014-15, à l’époque où les Lauréats évoluaient au sein de la ligue junior AAA du Québec. Après une année transitoire sans hockey au Cégep de Saint-Hyacinthe, il avait repris son poste lorsque la formation a intégré la ligue collégiale de hockey du RSEQ lors de la saison 2016-17. Il a été l’entraîneur-chef pendant les quatre saisons qui ont été disputées depuis.

Le Cégep de Saint-Hyacinthe a simplement confirmé qu’il « est présentement à la recherche d’un entraîneur pour l’équipe de hockey des Lauréats », sans vouloir en dévoiler davantage sur les raisons qui ont mené à cette séparation en raison de la « nature confidentielle » entourant le contrat de travail d’un employé.

Joint par LE COURRIER, Louis-Philippe Blanchet a néanmoins apporté un certain éclairage, mentionnant que des divergences s’installaient entre sa vision et celle du cégep quant à la direction à prendre avec le programme de hockey.

« Chaque année, je dresse un bilan de la saison et, ensuite, on essaie d’apporter des correctifs pour la saison prochaine, a-t-il raconté. Cette année, le bilan était assez étoffé. »

L’instabilité au niveau de la direction et des responsables du sport au cégep s’est particulièrement fait ressentir, a-t-il noté. « Ça a fait en sorte qu’on n’a pas eu beaucoup d’encadrement, ce qui est normal quand il y a du changement, a-t-il concédé. L’instabilité amène certains manquements. »

Ces chamboulements ont eu d’autres effets, a-t-il ajouté. « Il y avait une volonté de la direction de rebâtir le programme de hockey, mais je pense qu’on avait déjà un très bon programme. Ultimement, je voyais qu’on n’avait tout simplement pas la même vision, alors on ne s’est même pas rendus à l’étape de négociation du contrat. »

D’autres facteurs personnels ont aussi pesé dans la balance. « Ça devenait difficile de jumeler mon emploi à temps plein comme régisseur des sports au Collège Français [de Longueuil] et d’avoir du temps avec ma famille et mes jeunes enfants, en plus des Lauréats », a confié Louis-Philippe Blanchet.

Tout ça mis ensemble a fait en sorte que les conditions n’étaient pas réunies pour son retour derrière le banc de la formation maskoutaine en vue de la prochaine saison.

« Je ne suis pas amer envers la direction, a précisé l’entraîneur. Je pense que j’étais rendu là au niveau personnel aussi. »

C’est là tête haute qu’il quitte l’organisation, satisfait du parcours accompli, même si sa dernière saison s’est terminée abruptement en raison de la crise du nouveau coronavirus.

« C’est un programme que j’ai bâti de A à Z [quand on est arrivés dans la ligue collégiale]. On a mis l’équipe sur la map, a-t-il souligné sans gêne. De bâtir ça et d’arriver à un point culminant où on perd seulement quatre matchs [en saison régulière l’an dernier et qu’on remporte le titre ensuite], c’est quelque chose dont je suis fier. »

Un appel de candidatures a été affiché au début du mois de mai pour trouver son remplaçant, mais on ignore pour l’instant à quel moment un successeur sera nommé. « Plusieurs facteurs influenceront la date de l’embauche, a indiqué la directrice du service des communications du Cégep de Saint-Hyacinthe, Véronique Blain. Nous sommes, entre autres, en attente de nouvelles du RSEQ en ce qui a trait à des formules adaptées en fonction de la COVID-19. »

image