12 janvier 2012
Centre aquatique Desjardins
Services Eau de Gamme essuie des critiques
Par: Jean-Luc Lorry

Les Services Eau de Gamme (SEG), une société spécialisée dans la conception de piscines et la fourniture d’équipements, ont été doublement gagnants dans la construction du centre aquatique de Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

En plus d’être associée au groupe d’architectes en vue de réaliser les plans et devis du système de filtration et de traitement d’eau des deux bassins, cette entreprise de Brossard a aussi vendu de l’équipement qui a servi à l’aménagement de la salle mécanique. Une situation qui n’a pas fait l’unanimité.

Outre son mandat relevant de la conception des plans et devis de la salle mécanique, LE COURRIER a appris que SEG a également vendu de l’équipement à Piscine Soucy, une entreprise de Québec recrutée par l’entrepreneur général Pomerleau afin de construire et aménager la salle mécanique en question. « Sur son devis, Services Eau de Gamme avait spécifié du matériel que nous avons été contraints de lui acheter. Lorsque nous devions magasiner les équipements, je n’ai pas eu vraiment le choix que de me tourner vers eux de la manière dont le devis avait été rédigé », indique Jérôme Drolet, directeur de construction chez Piscine Soucy, qualifiant même de « peu éthique » cette façon de procéder. Le contrat de Piscine Soucy représentait un montant d’environ un million de dollars. Sur cette somme, près de 100 000 $ d’équipements auraient été achetés de SEG, selon l’estimation de M. Drolet. Interrogé sur l’implication de son entreprise, Joël-Éric Mignault, président de SEG, confirme que sa société a effectivement vendu deux panneaux de contrôle pour le traitement d’eau et deux chlorateurs par érosion.Il chiffre l’ensemble de ces équipements à environ 40 000 $. Par contre, M. Mignault soutient que le devis n’a pas été réalisé par SEG, mais plutôt par l’intermédiaire de sa firme d’ingénierie Inneauve consultant aquatique (qui loge à la même adresse que SEG). Il précise qu’Inneauve n’a jamais imposé l’achat d’équipements auprès d’un distributeur désigné. « Aucunement dans nos devis, nous dirigeons le panier d’achats. Dans le cas de la salle mécanique, nous avions seulement spécifié un type de procédé et une performance à obtenir sans mentionner de marque précise de matériel », jure M. Mignault qui ne voit rien de répréhensible dans le fait d’avoir agi comme professionnel et vendeur de matériel.Du côté de l’entrepreneur général, on a dit tout ignorer de cette situation.Selon Michel Côté, chargé du projet chez Pomerleau, l’implication de Services Eau de Gamme devait cependant se limiter à son mandat de professionnel, c’est-à-dire à la conception de la salle mécanique. « Une entreprise ne pouvait pas combiner le titre professionnel et celui de sous-traitant ou de fournisseur, sinon elle se mettait en position de conflit d’intérêts. En ce qui nous concerne, Services Eau de Gamme faisait uniquement partie de l’équipe de professionnels », a expliqué M. Côté.Le président de SEG précise que jamais les architectes au dossier et les représentants de la Ville de Saint-Hyacinthe n’ont semblé indisposés par le fait que SEG fournisse des équipements à la demande de Piscine Soucy. « Je suis dans l’industrie aquatique depuis 26 ans, je connais les limites de l’éthique », assure M. Mignault.

À la défense de SEG

Du côté de la Ville de Saint-Hyacinthe, on ne se formalise pas de la double implication de Services Eau de Gamme. « Chez SEG, je crois savoir qu’il y a plusieurs compagnies regroupées comme c’est souvent le cas dans le secteur privé », considère Yvan De Lachevrotière, directeur du Service des travaux publics.

Ce dernier estime d’ailleurs que SEG était l’entreprise toute désignée pour prendre en charge la partie ingénierie aquatique du projet.« Les Services Eau de Gamme est une sommité dans le domaine aquatique au Québec. C’est une référence à l’échelle canadienne. Des spécialistes comme eux se comptent sur les doigts d’une main », mentionne M. De Lachevrotière.Dans le document de soumission déposé par le consortium d’architectes, l’expérience professionnelle de l’ingénieur Sébastien Langlois, d’Inneauve, responsable des plans et devis, se résume toutefois à la réfection de la mécanique de filtration de la piscine Saint-Joseph à Saint-Hyacinthe. Sur le site Internet de Services Eau de Gamme, on ne retrouve aucune réalisation à l’extérieur du Québec.

image