15 juillet 2021
Fin de session parlementaire
Simon-Pierre Savard-Tremblay fier de son bilan
Par: Le Courrier

Simon-Pierre Savard-Tremblay, député de Saint-Hyacinthe–Bagot. Photo gracieuseté

Le député de Saint-Hyacinthe–Bagot, Simon-Pierre Savard-Tremblay, dresse un bilan positif de sa dernière session parlementaire et se dit fier de ses résultats et de ceux du Bloc québécois.
Publicité
Activer le son

L’élu se réjouit notamment des montants records investis dans la circonscription par le biais des programmes Emplois d’été et Nouveaux horizons pour les aînés (PNHA). « À la suite d’un suivi sans relâche, plus de 1,15 million $ du programme Emplois d’été ont été accordés à 133 organisations locales, et cela a mené à la création de 299 emplois, du jamais vu, rappelle M. Savard-Tremblay. Pour les aînés, des subventions de près de 160 000 $ ont été obtenues par nos organismes pour le financement de neuf projets, une augmentation de près de 60 % par rapport aux sommes annoncées lors des deux dernières éditions régulières du programme PNHA. »

Au cours des derniers jours de la session parlementaire, le député a déposé une pétition ayant recueilli 1200 signatures afin d’exiger du ministre des Transports d’améliorer la sécurité de l’intersection du chemin du Grand Rang et de la route 116, à Sainte-Marie-Madeleine. « Le secteur est fortement accidentogène, notamment à cause de la configuration du chemin de fer, de juridiction fédérale, explique-t-il. Transports Canada et le Canadien National ont malheureusement sciemment ignoré les différents appels à l’aide. Les responsables de ces institutions doivent répondre et agir », soutient-il. Le gouvernement a normalement 45 jours pour répondre à toute pétition parlementaire; la session étant terminée, il sera tenu d’y répondre lors de la reprise des travaux, à l’automne.

Présent pour ses commettants

Le député et son équipe ont appuyé plusieurs centaines de citoyens, notamment en débloquant des dossiers liés aux différentes prestations d’urgence et en accompagnant nombre d’entreprises dans leurs démarches pour obtenir du financement, sans compter les fonds supplémentaires libérés pour venir en aide aux organismes communautaires et l’augmentation des publicités dans les médias locaux.

M. Savard-Tremblay affirme également avoir voulu mettre en valeur les entrepreneurs de la région. « Il était primordial pour moi d’encourager l’achat local, qui garde nos communautés vivantes et nous assure d’un produit de qualité, réalisé dans des conditions humaines, lance-t-il. C’est pourquoi j’ai, entre autres, lancé un concours des fêtes pour promouvoir nos entreprises, fait parvenir à chaque adresse un calendrier 2021 mettant en valeur des artistes de chez nous et constamment fait la promotion des nombreux trésors à découvrir partout dans notre circonscription. »

En tant que député de la capitale agroalimentaire du Québec et porte-parole en commerce international, la défense de la gestion de l’offre et du projet de loi C-216, qui interdira toute compromission dans ce système lors de futures négociations d’accords commerciaux, a aussi été une priorité de son mandat. « Trop de fois déjà, nos agriculteurs ont servi de monnaie d’échange et ont dû subir des pertes après qu’Ottawa eut concédé “une petite brèche”. Mais l’addition de toutes ces brèches a fini par former un cratère, dénonce l’élu. J’aurais bien sûr préféré voir le projet de loi adopté en 3e lecture à la Chambre avant la fin de la session. Mais c’est une grande victoire, car mes collègues et moi avons réussi à faire adopter le projet de loi en seconde lecture et, par la suite, au Comité permanent du commerce international, où je siège comme vice-président. Nous reviendrons à la charge dès que les travaux reprendront. »

M. Savard-Tremblay s’est de plus régulièrement porté à la défense du domaine de l’aérospatiale, dont il compare l’importance stratégique à celle de l’industrie automobile pour l’Ontario. « C’est une grappe d’innovation incroyable, qui va au-delà de la construction d’avions, insiste-t-il. Ce sont des entreprises de recherche, d’entretien, de recyclage, pour lesquelles Ottawa n’avait ni réelle stratégie ni programmes d’aide dédiés. Finalement, après beaucoup de pédagogie et de pressions, nous avons vu le secteur faire son apparition dans le dernier budget. »

Les gains du Bloc québécois

Simon-Pierre Savard-Tremblay a également salué les réussites obtenues par sa formation politique. Au cours de la dernière semaine parlementaire uniquement, la Chambre a pris acte que le Québec pouvait s’inscrire dans la Constitution en tant que nation française, puis a voté en faveur de l’application de la Charte de la langue française aux entreprises sous juridiction fédérale.

Le parti a également réussi à couper les vivres au projet de commission pancanadienne des valeurs mobilières, auquel le Québec est vivement opposé depuis des décennies, et à permettre l’adoption du projet de loi C-10 sur le soutien à la culture, en plus d’en coparrainer un autre sur le transfert intergénérationnel des fermes.

À plusieurs reprises, le Bloc québécois a voulu attirer l’attention sur le sort des personnes les plus vulnérables, soit les aînés et les personnes atteintes de maladies graves. « Nous avons rallié la Chambre des communes en faveur d’une hausse de la pension de vieillesse de 110 $ de tous les 65 ans et plus et en faveur de notre projet de loi sur la nécessité de faire passer les prestations de maladie de l’assurance-emploi à 50 semaines. Ce sont là deux combats que nous n’abandonnerons jamais », a déclaré M. Savard-Tremblay, rappelant que le Bloc québécois a également travaillé de concert avec les représentants des Premières Nations et des Inuits afin d’élaborer un plan d’action pour faire la lumière sur la tragédie historique des pensionnats autochtones.

M. Savard-Tremblay et ses collègues sont également intervenus pour corriger les lacunes dans la gestion de la crise sanitaire, questionnant le gouvernement sur les enjeux frontaliers, exigeant un resserrement de mesures comme la suspension de vols provenant de pays aux prises avec de nouveaux variants et l’interdiction de financer les quarantaines des touristes du temps des fêtes.

« Nous avons aussi pu faire adapter les programmes fédéraux aux différents types de travailleurs, dont les travailleurs autonomes, ainsi qu’aux différents modèles de PME, en plus d’avoir obtenu que les compagnies aériennes remboursent leurs clients pour les vols annulés si elles veulent de l’aide à même les fonds publics, poursuit l’élu. Nous avons aussi protégé les contribuables en mettant fin à l’octroi gouvernemental de généreux contrats sans appel d’offres aux proches des libéraux, comme lors du scandale WE Charity. »

Alors que nous voyons impatiemment poindre un espéré retour à la normalité, Simon-Pierre Savard-Tremblay se dit plus que jamais déterminé à défendre les intérêts des citoyens de Saint-Hyacinthe–Bagot et des Québécois, tout préparant une relance juste et équitable, à la suite d’une consultation publique locale.

« Le Québec peut avoir confiance qu’après avoir pu compter sur le Bloc québécois et moi-même durant les mois plus sombres, il pourra compter sur nous alors qu’il s’apprête à rebondir », a-t-il conclu.

image