13 avril 2017
Soirée feutrée avec Marie-Eve Roy
Par: Olivier Dénommée
Soirée feutrée avec Marie-Eve Roy

Soirée feutrée avec Marie-Eve Roy

Même si elle est originaire de Granby, Marie-Eve Roy n’a encore joué qu’une seule fois ici : c’était un spectacle acoustique avec Vulgaires Machins, selon ses souvenirs. Elle vient remédier à la situation. Photo Yola Van Leeuwenkamp

Même si elle est originaire de Granby, Marie-Eve Roy n’a encore joué qu’une seule fois ici : c’était un spectacle acoustique avec Vulgaires Machins, selon ses souvenirs. Elle vient remédier à la situation. Photo Yola Van Leeuwenkamp

Si le nom de Marie-Eve Roy n’est pas familier pour tout le monde, celui de son groupe Vulgaires Machins l’est beaucoup plus. Elle a joué pendant 20 ans dans le groupe punk, mais a profité de la pause du projet pour lancer le sien. Elle a ainsi délaissé l’énergie punk rock pour se diriger vers une musique douce et enveloppante. L’auteure-compostrice de Granby sera de passage au Zaricot le 14 avril pour faire découvrir son univers tout en nuance.

Marie-Eve Roy parle sans détour de son saut en solo. « Je me suis mise en danger et j’ai vite compris que c’était difficile de faire sa place dans le milieu. » Malgré ses années d’expérience, elle a eu l’impression de « recommencer à zéro ». Il est vrai que le son de Marie-Eve Roy n’a rien en commun avec son ancien projet, qui est complètement silencieux depuis l’été 2016.

Bleu Nelson

En mars 2016, Marie-Eve Roy a lancé son premier album solo à l’âge de 38 ans : Bleu Nelson. Nelson, comme la ville où elle a commencé à écrire en Nouvelle-Zélande en 2010, bleu comme l’eau. Le ton est donné. « L’album répond au besoin que j’avais de me retrouver seule, de me déraciner pour me réinventer », confie l’artiste. Sur album, elle a fait appel au génie de Julien Mineau (de Malajube), mais en spectacle, Marie-Eve Roy expérimente différentes formules. « À Saint-Hyacinthe, je vais jouer en duo. Je me permets d’explorer », explique-t-elle, elle qui joue parfois seule, parfois en full band, selon les occasions. « À deux, ce sera enveloppant et très doux pour les oreilles… Mais vous ne vous endormirez pas, parce qu’entre les chansons je parlerai de mon processus et d’anecdotes plus rigolotes », assure-t-elle.

Durant sa prestation, on peut s’attendre à l’album Bleu Nelson au complet, mais aussi à quelques reprises. Il ne serait donc pas une mauvaise idée d’apprivoiser l’album si ce n’est pas déjà fait! Marie-Eve Roy travaille déjà sur du nouveau matériel, mais n’est pas encore prête à le présenter, ni à se mouiller au sujet de la direction qu’elle compte prendre. « Vais-je y aller en continuité ou essayer autre chose? Ça mijote encore », hésite-t-elle.

Tom Chicoine

En première partie, Le Zaricot reçoit un visage bien connu ici : le Maskoutain Tom Chicoine, qui a lancé son premier long jeu l’été dernier. « Il a un son plus folk que le mien, mais ensemble ça devrait donner une belle soirée qui fait du bien », estime la Granbyenne. Tom Chicoine connaît un passage remarqué au concours Ma première Place des Arts : il passe officiellement en finale dans la catégorie Auteur-compositeur-interprète et espère convaincre le jury le 5 mai, lors de son ultime performance à la Cinquième salle de la Place des Arts. Son passage au Zaricot sera donc l’occasion parfaite pour s’énergiser auprès de son public avant l’étape finale du prestigieux concours.

Le spectacle du vendredi 14 avril doit commencer à 20 h avec Tom Chicoine, suivi de Marie-Eve Roy.

image