30 août 2018
Passage à niveau du Grand Rang
Son démantèlement négocié entre la Ville et le CN
Par: Jean-Luc Lorry
Louis Bilodeau, directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe. Photothèque | Le Courrier ©

Louis Bilodeau, directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe. Photothèque | Le Courrier ©

Le démantèlement du passage à niveau sur le Grand Rang – qui aura pour conséquence la création de deux culs de sac – est une condition posée à la Ville de Saint-Hyacinthe par le Canadien National (CN), affirme la direction générale de la municipalité. En contrepartie du retrait de cette infrastructure, le CN s’est engagé à assurer, à ses frais, l’entretien de l’étagement ferroviaire du boulevard Casavant actuellement en construction.

« La volonté du CN est de démanteler ce passage à niveau pour des raisons techniques et sécuritaires », indique en entrevue au COURRIER Louis Bilodeau, directeur général de la Ville.

Le manque de sécurité de cet ouvrage est partagé par la municipalité. « Malgré que l’on n’ait pas répertorié d’accidents majeurs à cet endroit, nous avons eu connaissance de cas de cyclistes qui ont chuté en raison de l’angle [entre la voie ferrée et le Grand Rang] qui n’est pas optimal [17 degrés] », souligne le directeur général.

Propriété municipale
Même si l’étagement ferroviaire est construit sur l’emprise du CN, la nouvelle infrastructure appartiendra à la Ville de Saint-Hyacinthe. Ce qui n’est pas le cas des autres tunnels ferroviaires situés sur le territoire de la Ville qui sont tous la propriété du CN.

« Lors des discussions pour l’obtention d’une subvention, le ministère des Affaires municipales avait demandé à la Ville de faire la démonstration que cet ouvrage appartiendrait à la municipalité, explique Louis Bilodeau. Ne voulant pas pénaliser la communauté maskoutaine, le CN avait accepté que l’étagement ferroviaire soit une propriété municipale. »

En septembre 2017, on a annoncé une subvention de 8 M$ partagée à parts égales entre Québec et Ottawa. Le CN contribue au projet à hauteur de 1,9 M$. Pour boucler ce financement, la Ville assume la plus grosse part en injectant 24 M$. L’automne dernier, le projet de construction d’étagement ferroviaire avait été estimé à 33,9 M$. La fin des travaux est prévue pour le mois de novembre 2019.

Le futur étagement ferroviaire et le démantèlement du passage à niveau font l’objet d’une entente signée le 18 mai entre la Ville et le CN. Disposant d’une clause de confidentialité, celle-ci ne sera pas rendue publique.

Prolongement de la rue Charles-Gilbert
Pour éviter les désagréments causés par la création de deux culs-de-sac sur le Grand Rang, la Ville compte coordonner l’ouverture du prolongement du boulevard Casavant Ouest avec le prolongement de la rue Charles-Gilbert située dans le parc industriel Olivier-Chalifoux.

Cet ajout routier offrira aux automobilistes et aux machines agricoles qui emprunteront le futur tunnel ferroviaire un accès direct à l’avenue Pinard.

Avant de confirmer ce prolongement de rue, la Ville doit obtenir l’autorisation de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) pour exclure une superficie de 23,6 hectares de la zone agricole existante.

Une fois dézoné, ce vaste terrain est prévu pour accueillir un projet industriel à vocation agroalimentaire (future usine d’abattage d’Exceldor). « Nos parcs industriels affichent un taux d’occupation de 95 %. Nous avons besoin de nouveaux terrains », mentionne Louis Bilodeau.

En 2009, le terrain à vocation agricole visé avait été acheté par la Ville à la famille Overbeek qui poursuit depuis la culture du maïs à titre de locataire.

image