27 octobre 2011
Sondage : 28 % des gens estiment que leur municipalité est mal gérée
Par: Le Courrier

Cette donnée fait partie des résultats dévoilés par Hebdos Québec à la suite de la 3e édition de l’enquête Hebdos Québec/Léger Marketing « Découvrez le vrai visage du Québec » réalisée auprès de 29 016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans et plus et menée dans 150 localités. En voici d’autres :

Les Québécois au travail

À la question Vivez-vous actuellement un conflit sérieux avec un ou une collègue de travail? 5 % des Québécois ont répondu « oui » et 20 % ont répondu que ça leur était déjà arrivé, ce qui signifie qu’un Québécois sur 4 a déjà eu à faire face à ce genre de situation. C’est sur la Côte-Nord que le résultat est le plus élevé, avec 29 %, suivie des régions de Laval et de l’Outaouais, avec 28 %; à l’opposé, en Mauricie, la proportion n’est que de 19 %.

Lorsqu’on a demandé aux Québécois s’ils envisageaient de changer d’emploi au cours de la prochaine année, 25 % ont répondu « oui » ou « peut-être ». Les résultats les plus élevés ont été observés dans les régions de Montréal, avec 29 %, de l’Outaouais, avec 28 %, et de Chaudière-Appalaches, avec 27 %; ici encore, c’est en Mauricie qu’on observe le taux le plus bas, avec 19 %. Les jeunes de 18 à 29 ans, quant à eux, ont le taux le plus élevé au Québec, avec 47 %.

Gestion municipale

Parmi les gens sondés au Québec, 28 % d’entre eux ont exprimé leur insatisfaction face à la qualité de la gestion de la localité où ils habitent en répondant « très mauvaise » ou « plutôt mauvaise » à cette question. Le taux le plus élevé d’insatisfaits se retrouve à Montréal, avec 55 %, alors que le taux le plus faible est dans la région du Centre-du-Québec, avec 11 %.

Environnement dans les localités

Face à l’évolution anticipée de la qualité de l’environnement dans leur localité au cours des cinq prochaines années, les gens sont assez optimistes. En effet, 28 % croient que la situation va s’améliorer, alors que 17 % croient qu’elle va se détériorer.

Les autres répondants, quant à eux, croient qu’elle restera stable. Les plus pessimistes se retrouvent dans les régions de Montréal, où 29 % des gens croient que la situation va se détériorer, et à Laval, avec 24 %. Les plus optimistes se retrouvent en Outaouais, avec 36 % de gens qui croient que la situation va s’améliorer, et en Abitibi-Témiscamingue, avec 35 %.

Économie dans les localités

Même phénomène pour ce qui est de l’évolution anticipée de la situation de l’économie locale, avec 27 % des gens qui croient qu’elle va s’améliorer, contre 17 % qui croient qu’elle va se détériorer.

Les plus pessimistes sont encore dans la région de Montréal, avec 24 % qui croient que la situation va se détériorer, et au Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Gaspésie/Iles-de-la-Madeleine, avec 20 %. On retrouve les plus optimistes sur la Côte-Nord et en Abitibi-Témiscamingue, avec 45 % de gens qui croient que la situation va s’améliorer.

Emploi dans les localités : des répondants confiants

Quant à l’évolution anticipée de la situation de l’emploi local, 24 % des répondants croient que la situation va s’améliorer, et 17 % croient que la situation va se détériorer.

Les plus pessimistes se retrouvent en Estrie, avec 26 % de gens croyant que la situation va se détériorer et 24 % au Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Gaspésie/Iles-de-la-Madeleine. Les plus optimistes sont encore la Côte-Nord, avec 52 % qui croient que la situation va s’améliorer, et l’Abitibi-Témiscamingue, avec 49 %.

Les Québécois et leurs finances personnelles

Lorsqu’on a demandé aux Québécois s’ils aimaient dépenser, sans grande surprise, 65 % ont répondu « oui ». Toutefois, le résultat est plus élevé dans la région de Lanaudière, avec 69 %, ainsi que dans la région de Québec, avec 68 %, alors qu’en Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine le taux est de seulement 55 %, et de 59 % dans le Bas-Saint-Laurent.

Pour la question touchant le niveau d’endettement des Québécois par carte de crédit et marge de crédit, la moyenne québécoise se situe à 2 714 $. Le niveau le plus élevé est de 3 182 $ en Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, suivi de près par la région de l’Outaouais, avec 3 153 $. Les moins endettés se retrouvent au Saguenay–Lac-Saint-Jean, avec 2 109 $, et en Mauricie, avec 2 347 $.

Une vaste enquête

Pour cette troisième édition, le sondage a été effectué par Internet et la collecte des données s’est déroulée entre le 30 avril et le 29 juin 2011, auprès d’un échantillon représentatif de 29 016 Québécois et Québécoises âgé(e)s de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français. L’étude a été menée à travers 150 localités dont les contours sont définis par la zone de distribution des journaux membres d’Hebdos Québec. L’échantillon par marché s’élève au minimum à 200 répondants. La marge d’erreur totale des résultats est de l’ordre de 0,58 %, et ce, 19 fois sur 20, tandis que celle d’un marché individuel est d’environ 6,93 % (basée sur un marché de 200 répondants), et ce, également 19 fois sur 20.

image