20 septembre 2018
Soucy réplique fermement à Pelletier
Par: Jean-Luc Lorry
La députée sortante Chantal Soucy n’a pas apprécié les commentaires de l’ex-député Émilien Pelletier à son encontre.   Photo Martin Lacasse | Le Courrier ©

La députée sortante Chantal Soucy n’a pas apprécié les commentaires de l’ex-député Émilien Pelletier à son encontre. Photo Martin Lacasse | Le Courrier ©

La lettre ouverte publiée dans notre précédente édition signée par Émilien Pelletier, ex-député péquiste de Saint-Hyacinthe, a piqué au vif la députée sortante Chantal Soucy.

Publicité
Activer le son

Dans cette lettre, Émilien Pelletier considère qu’au cours de son mandat, la députée caquiste s’est souvent attribué le crédit de diverses annonces comme celles de l’agrandissement de l’urgence de l’hôpital Honoré-Mercier, du prolongement du boulevard Casavant ou encore de la rénovation de l’école primaire à Saint-Dominique.

« Est-ce que l’annonce de ces projets représente bien le fruit de ses actions? », s’est questionné M. Pelletier.
En entrevue au COURRIER, Chantal Soucy a affirmé que son intervention dans plusieurs dossiers avait fait pencher la balance. « Oui, j’ai travaillé fort sur le dossier de la future urgence et j’ai le droit de le dire. Le chef de l’urgence avait fait une sortie publique pour dénoncer l’immobilisme », a indiqué Mme Soucy.

Le Dr Jocelyn Dodaro avait contacté LE COURRIER en avril 2014 pour faire état de la désuétude de son environnement de travail. Le médecin faisait part de son inquiétude pour la sécurité des patients et des employés.
En décembre 2016, le ministre de la Santé Gaétan Barrette était en visite à Saint-Hyacinthe pour annoncer cet agrandissement espéré de longue date.

Mme Soucy estime que son prédécesseur est mal placé pour critiquer son mandat puisqu’elle considère que ses interventions répétées auprès des ministres du gouvernement Couillard ont souvent donné des résultats.
« Dans le dossier de l’école de Saint-Dominique, j’ai travaillé d’arrache-pied. Sans mon intervention, cette école n’aurait pas obtenu de subvention », a souligné Chantal Soucy.

Drapeau du Québec

Émilien Pelletier écrit dans sa lettre que la députée n’a jamais arboré le drapeau national du Québec sur la façade de son bureau de circonscription. Selon lui, Mme Soucy contrevient à la loi sur l’affichage du drapeau fleurdelisé.
« C’est faux. Notre drapeau était bien présent, mais il est tombé à deux reprises. Puisqu’il flottait au-dessus d’un trottoir très passant, je voulais éviter un accident », a répondu Mme Soucy.

« Quand tu n’es pas capable d’attaquer le bilan de la députée sortante et que tout se résume à une pose de drapeau, cela démontre que tu n’as pas grand-chose à critiquer », a poursuivi Mme Soucy.

Au tour de Breton

Lors de notre rencontre éditoriale avec les candidats en lice au fauteuil de député de Saint-Hyacinthe, le péquiste Daniel Breton ne s’est pas montré impressionné par le bilan de Chantal Soucy.

« Elle a fait un travail correct, mais elle aurait pu faire mieux. J’ai fait trois fois plus en 18 mois comme député », a répondu Daniel Breton. Celui-ci a été député de Sainte-Marie-Saint-Jacques de 2012 à 2014. La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé lui a succédé.

Mme Soucy s’explique difficilement comment M. Breton peut s’afficher en « donneur de leçons ». « La seule affaire que l’on se souvient de M. Breton est son court passage au gouvernement Marois. À ce titre, j’aimerais bien connaître ses réalisations comme ministre de l’Environnement. »

Comme porte-parole en matière d’Énergie de la Coalition Avenir Québec, Chantal Soucy est fière que sa formation politique ait recueilli en 2017 une pétition de 48 000 signatures pour demander le remboursement de trop-perçus d’Hydro-Québec.

Selon les calculs de la CAQ, ces trop-perçus s’élèveraient à 1,4 milliard $. 

image