2 mai 2019
Subaru Impreza : un choix rationnel
Par: Marc Bouchard

Photo Subaru Canada

Une traction intégrale, c’est presque un incontournable chez nous. La quasi-totalité des VUS et des multisegments la propose, au minimum en option, et beaucoup de conducteurs pensent qu’elle vaut, à elle seule, leur sécurité.

publicité

Ce qui n’est que partiellement vrai (votre façon de conduire sera beaucoup plus importante pour la sécurité), mais il est exact qu’un rouage intégral efficace peut jouer un rôle important. Et c’est pourquoi Subaru propose dans presque toutes ses voitures, à l’exception de la sportive BRZ à propulsion arrière, ce rouage. Et cela inclut l’Impreza 2019. Disponible en version berline ou à hayon, comme la voiture que j’ai testée, l’Impreza n’est pas parfaite, mais elle possède suffisamment de qualités pour satisfaire les fans de rouage intégral à la recherche d’une bonne voiture abordable.

Fait rare, Subaru propose six niveaux de finition, incluant trois versions à boîte manuelle. Les autres, comme mon véhicule d’essai, sont dotées de la transmission à variation continue Lineartronic, qui s’avère plutôt efficace.

Les versions Sport et Sport-tech (comme la mienne) peuvent également être équipées de EyeSight, un ensemble de fonctions de sécurité électroniques qui fonctionnent avec une caméra, notamment un régulateur de vitesse adaptatif, une assistance au maintien de la voie, un freinage automatique en cas d’urgence, etc. L’emballage comprend également un démarrage par bouton-poussoir, une assistance automatique aux feux de route et un freinage en sens inverse, également.

Le problème, c’est que la caméra, logée juste derrière le rétroviseur central et pointant vers l’avant, est souvent handicapée par les conditions routières, la pluie ou un soleil de face trop puissant. Le système désactive alors certaines fonctions, ce qui rend l’usage aléatoire. Mais attention, quand EyeSight fonctionne, il est excellent.

Un seul moteur

Toutes les Impreza utilisent un moteur de 2,0 litres à quatre cylindres opposés horizontalement qui développe 152 chevaux et 145 lb-pi de couple. Ce qui n’est pas exactement sportif, il faut bien le dire, mais fait le travail avec une certaine aisance. La transmission réagit prestement aux sollicitations sans trop se faire entendre, et la petite voiture se comporte avec aisance, bien que l’on apprécierait parfois un petit peu plus de nervosité.

La Subaru Impreza fournit une expérience homogène et sans faille ainsi qu’une transmission intégrale permanente, plutôt qu’un système qui entraîne les roues avant, puis relève les roues arrière en cas de besoin. On l’appelle rouage intégral symétrique à prise constante, et il est l’un des plus efficaces sur le marché. Il a cependant son côté moins joyeux : la permanence du rouage intégral a tendance à faire augmenter un peu la consommation de carburant. Gardez cela à l’esprit lorsque vous comparez l’Impreza à certains de ses concurrents compacts à deux roues motrices. Par temps printanier tardif, ma moyenne était de 9,4 l/100 km, un peu plus que ne l’affirme Subaru.

En matière de conduite, la direction est légère, mais précise et la suspension absorbe les bosses d’asphalte mieux que ce à quoi vous vous attendiez pour un véhicule d’entrée de gamme.

Petit détail : ma version étant à hayon, j’ai apprécié l’accès facile à l’espace de chargement, et la grande ouverture qui m’a permis d’y glisser plus de marchandises que je ne l’avais d’abord prévu. Même à bord, l’espace est mieux pensé que prévu.

Quant à l’ergonomie, elle est simple et sans flafla. L’écran de commande central est facile d’utilisation, compatible avec Android Auto, et les menus vont assez directement au but; pas besoin de chercher des heures pour trouver les bonnes fonctions. Alors que des éléments tels que la climatisation, le Bluetooth et une caméra de recul (désormais obligatoire sur tous les véhicules neufs vendus au Canada) sont de série sur toutes les versions de l’Impreza, la version Sport contient un certain nombre de caractéristiques auxquelles je m’attendrais normalement pour quelque chose de beaucoup plus coûteux, notamment un siège du conducteur à commande électrique, des phares à DEL sensibles à la direction, un toit ouvrant électrique et un écran tactile de huit pouces.

Vous avez envie d’une traction intégrale efficace, d’un peu d’espace et vous n’avez surtout pas envie de dépenser tout votre budget : la Subaru Impreza est un choix rationnel et efficace. Les mauvaises langues diront qu’elle est parfois coûteuse en entretien, mais les choses s’améliorent de ce point de vue avec les années. Et le bonheur est que, si comme moi vous trouvez parfois que les VUS prennent trop de place dans le marché, l’Impreza vous propose une conduite agréable, et sans compromis, avec les mêmes qualités qu’un VUS.

image