20 février 2013
Aéroport de Saint-Hyacinthe
Subvention sur division
Par: Le Courrier
Gabriel Chartier, photographié pendant qu'il enguirlandait le conseil à la séance du 19 novembre 2012. Il tenait le trophée que venait de lui décerner son association, la COPA (Canadian Owners and Pilots Association).

Gabriel Chartier, photographié pendant qu'il enguirlandait le conseil à la séance du 19 novembre 2012. Il tenait le trophée que venait de lui décerner son association, la COPA (Canadian Owners and Pilots Association).

Cette année encore, l’aéroport de Saint-Hyacinthe obtiendra une subvention de 25 000 $ de la ville-centre. Mais cette fois, ce n’est pas nécessairement de gaieté de coeur que les conseillers municipaux de Saint-Hyacinthe ont consenti à ce que cette aide lui soit versée.

Publicité
Activer le son

Certains n’ont pas encore digéré la dernière prestation du propriétaire de l’aéroport, Gabriel Chartier, un soir de conseil. C’était à la période des questions de la séance du 19 novembre. M. Chartier s’était présenté au micro pour critiquer les élus sur divers sujets, notamment à propos de dossiers supposément bloqués par le Comité consultatif d’urbanisme CCU), ce qu’avait formellement réfuté la conseillère Nicole Dion-Audette, qui siège au CCU. M. Chartier avait auparavant reproché au conseil son incapacité à régler un problème de traverse pour piétons sur la route 116, non loin de l’aéroport.

Le maire Claude Bernier lui avait répondu que pour les aménagements de la route 116, valait mieux qu’il s’adresse au ministère des Transports. La réplique de M. Chartier avait été cinglante. « Vous, vous ne réglez jamais rien », lui avait-il lancé.À la séance de lundi, la conseillère du district Cascades, Sylvie Adam, a fait savoir qu’elle n’avait pas du tout apprécié que les élus se fassent apostropher de la sorte par le propriétaire de l’aéroport et que par conséquent, elle allait voter contre le versement de la subvention. « Si un jour, M. Chartier vient nous faire ses excuses publiquement, je réviserai ma position », a-t-elle déclaré.Sa collègue du district Hertel-Notre-Dame, Nicole Dion-Audette, a quant à elle blâmé M. Chartier pour « la façon inélégante, pour ne pas dire la façon grossière » avec laquelle il s’adresse parfois au conseil. Mais elle a néanmoins voté en faveur de l’aide financière, qui est accordée à l’aéroport en guise de contribution de la Ville à l’asphaltage du taxiway au coût de 58 094 $. « La politesse a toujours sa place », a conclu Mme Dion-Audette.

image