7 mai 2020
Carte blanche
Surmonter sa peur?
Par: Pierre Bornais
Publicité
Activer le son

Plus facile à dire qu’à faire! Les journées et les semaines passent; il est de plus en plus évident que nous sommes tous inquiets, pour ne pas dire traumatisés.

Car une évidence s’impose; le confinement pourrait être beaucoup plus long que ce qu’on imaginait il y a à peine quelques semaines.Et les effets néfastes qui vont en découler seront de plus en plus sévères, aussi bien pour les enfants que pour les aînés, surtout que le temps est souvent compté pour ces derniers.

Comme la pandémie – telle qu’on la connaît – constitue une première depuis un siècle, personne n’est préparé à combattre de façon efficace cet ennemi invisible. Et les autorités publiques et sanitaires ont beau faire leur possible, il est clair que, le plus souvent, on décide des mesures à prendre au jour le jour; on est dans la brume!

Deux exemples récents illustrent cette incertitude : l’ouverture progressive des écoles et le décloisonnement de certaines régions.

Les avis sont partagés; d’un côté plusieurs parents ont peur que leurs enfants servent de vecteur de la maladie, avec une reprise du nombre de gens touchés. Et de l’autre, les régions épargnées craignent à juste titre d’être envahies par des « touristes » en fuite des zones infestées et devenus de potentiels agents d’infection.

On prévoit aussi alléger le confinement de certaines personnes âgées confinées depuis deux mois dans leurs résidences; entrouvrant la porte aux personnes « significatives »!

Reste à savoir comment cette directive sera interprétée sur le terrain, car on dirait que les décisions sont transmises via un téléphone « arabe »; chacun y décidant du message.

L’imperméabilité de la machine centralisatrice du ministère n’est certes pas étrangère à cette peur qui domine tout!

image