13 août 2015
Surprenant!
Par: Pierre Bornais
Publicité
Activer le son

Alors que la (longue) campagne électorale débute à peine, le candidat conservateur Réjean Léveillé y est allé d’une déclaration pour le moins surprenante.

Avec deux autres candidats du même parti – tous anciens journalistes – il se dit en accord avec son chef pour « limiter les questions des médias ».

A priori, il n’y a rien là, pourrait-on dire.

Mais quand on place cette prise de position dans le contexte plus général des relations de monsieur Harper avec les journalistes, il y a de quoi s’étonner.

Et pour peu qu’on y ajoute les années d’expérience en communications de chacun de ces candidats, et plus particulièrement du candidat Léveillé, il y a matière à interrogation.

Pour en ajouter une couche, ce dernier affirme, selon le journal, ne jamais avoir « été confronté à des problèmes d’accès à l’information provenant du camp Harper ». Ce n’est pas là une opinion partagée par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec qui, depuis 2010, déplore « une certaine érosion de la démocratie ».

Je passe sous silence la déclaration de madame Déry (Drummond) qui souligne des questions répétitives et celle de monsieur Deltell (Louis-Saint-Laurent) qui parle de la sécurité nécessaire contre les menaces islamistes.

Dans une démocratie moderne, l’information est devenue capitale pour faire en sorte que les citoyens soient informés et plus responsables.

Et ce n’est pas parce qu’il faut gérer un pays qu’on ne doit pas pour autant prendre le temps qu’il faut pour s’assurer que le peuple est partie prenante de la politique nationale. Et à ce chapitre, personne ne peut dire sans apporter quelques nuances que les dernières années s’inscrivent dans cette approche.

image