18 avril 2019
Haltérophilie
Tali Darsigny qualifiée pour le championnat panaméricain
Par: Maxime Prévost Durand

Tali Darsigny se rendra au Guatemala dans les prochains jours pour participer au championnat panaméricain d’haltérophilie. Photothèque | Le Courrier ©

Après les Championnats du monde junior et senior et les Jeux du Commonwealth, l’haltérophile Tali Darsigny ajoutera une autre expérience internationale à sa feuille de route au cours des prochains jours en se rendant au Guatemala pour participer au championnat panaméricain senior pour la première fois de sa carrière. Cette compétition permettra de sélectionner les athlètes qui accéderont par la suite aux Jeux panaméricains plus tard cet été.

L’athlète de Saint-Simon a obtenu son laissez-passer à la fin mars lors de la Classique haltérophile, une compétition provinciale qui était tenue à Saint-Hyacinthe, à l’école Casavant. À ce rendez-vous, elle a dominé le classement Sinclair, regroupant toutes les catégories, en plus de triompher chez les 59 kg. Elle a cumulé 201 kg, soit 91 kg à l’arraché et 110 kg à l’épaulé-jeté.

Malgré ces bons résultats, Tali n’était pas entièrement satisfaite de sa performance, une première depuis sa 15e place au Championnat du monde senior, en novembre.

« Même si j’étais à 1 kg de mon meilleur total, j’étais un peu déçue du résultat, confie la représentante du club La Machine Rouge. À l’entraînement, j’étais vraiment plus en forme que cela. J’ai fait des barres de 95 kg à l’arraché et j’ai levé facilement 112 kg à l’épaulé-jeté. Je sais qu’au championnat panaméricain, je vais viser plus haut. »

Quelques semaines avant la Classique, elle avait choisi de faire l’impasse sur le Las Vegas Open, seule autre compétition où elle aurait eu l’opportunité d’obtenir un laissez-passer pour le championnat panaméricain. « C’était dans le temps des examens de mi-session et au même moment où mes frères participaient aux Jeux du Québec », dit celle qui termine présentement sa première année de doctorat en chiropratique, à l’Université de Trois-Rivières.

Il ne lui restait donc que la Classique haltérophile pour assurer sa qualification, mais le coup de dé était bien calculé. « Même s’il me restait juste une chance, je savais que ce serait dans les meilleures conditions vu que la compétition était à Saint-Hyacinthe. Il n’y avait pas de déplacement ni de décalage horaire, c’était presque comme si j’étais à l’entraînement. »

Sa coéquipière de La Machine Rouge, Rachel Leblanc-Bazinet, de Saint-Bruno, avait quant à elle profité du rendez-vous à Las Vegas pour assurer sa qualification au championnat panaméricain, si bien que le club maskoutain pourra compter sur la présence de deux athlètes au Guatemala.

Au terme du championnat panaméricain, les trois meilleures haltérophiles canadiennes obtiendront leur laissez-passer pour les Jeux panaméricains, indique la Simonaise. L’objectif semble donc atteignable pour les deux représentantes de La Machine Rouge puisqu’au terme des qualifications pour se rendre au Guatemala, Rachel affichait le 2e meilleur résultat canadien et Tali le 3e.

image