25 octobre 2012
Transport adapté
Tarifs à la hausse, service à la baisse
Par: Le Courrier

Les usagers du service de transport adapté de la MRC Les Maskoutains feront les frais des mesures décrétées par les 17 municipalités pour redresser le budget du service et faire en sorte qu’il n’engendre plus de déficit en raison de la hausse des frais d’exploitation et de la contribution insuffisante du ministère des Transports du Québec (MTQ).

Publicité
Activer le son

Non seulement les tarifs chargés aux quelque 990 bénéficiaires seront-ils augmentés à compter du 1 er janvier, mais le nombre d’heures de service dont ils bénéficient va aussi considérablement diminuer.

Le tarif du passage simple grimpera de 50 cents dans les trois secteurs desservis et celui de la carte multipassage, de 25 cents par passage, quel que soit le secteur. Quant à la durée du service, il chutera de 109 heures et demie à 78 heures par semaine, soit une diminution de 31 heures et demie, ou de 28,6 %, qui touche principalement le service en soirée. Les routes de demi-journée pour le milieu rural – possibilité d’un aller ou d’un retour entre 11 h et 13 h – sont également supprimées les mardis et jeudis.Comme l’a expliqué le directeur général de la MRC, Gabriel Michaud, ces mesures découlent directement de l’augmentation des frais d’exploitation à la suite de l’attribution, en 2011, d’un nouveau contrat de cinq ans à la firme Autobus Méridien, le transporteur. « Le contrat signé en 2011 a entraîné une augmentation de 14 $ l’heure. On est passé de 52 $ à 66 $ », a indiqué M. Michaud.À cette hausse de 27 % s’en est ajoutée une autre de 5,1 % sur le taximètre en 2012, car des taxis, dont deux adaptés, s’ajoutent aux cinq minibus et aux deux autobus dont dispose le service. La MRC a dû composer aussi avec l’indexation de 5 % dont bénéficie le transporteur pour compenser la hausse de l’indice des prix à la consommation et au transport.Tout cela fait en sorte que les coûts d’exploitation du transport adapté, qui s’étaient élevés à 724 091 $ en 2010, sont passés à 979 844 $ en 2011 (hausse de 35,3 %) et devraient atteindre au moins 967 324 $ en 2012, selon les prévisions.Même en augmentant la quote-part des municipalités sur le transport adapté – celle-ci est passée de 2,75 $ à 3,24 $ par habitant en 2012 – la MRC ne parvient pas à empêcher les déficits. Pour boucler le budget du transport adapté, elle a dû puiser 100 000 $ dans le surplus du service en 2011, puis 75 000 $ cette année. Maintenant, il ne reste rien de ces surplus qui provenaient de retours sur la taxe sur les carburants, a indiqué la directrice du transport adapté et du transport collectif régional, Micheline Martel.

MTQ

Tout donc, a augmenté – la part des municipalités, les frais d’exploitation et maintenant, les tarifs – sauf la contribution du MTQ au financement du transport adapté.

En théorie, le service devrait être financé à 15 % à l’aide des revenus provenant des utilisateurs, à 20 % par les municipalités et à 65 % par le MTQ. Or, la contribution du MTQ ne représente plus que 55 % du budget, d’où le manque à gagner. « Il faut comprendre que la subvention du MTQ est encore calculée sur la base de la politique de 2008 sur le transport adapté. Nous sommes en attente de la nouvelle politique », a expliqué Gabriel Michaud.Mais le conseil des maires, lui, n’a pas attendu pour mettre fin aux déficits en refilant la note aux utilisateurs après s’être fait présenter plusieurs scénarios. La directrice, Micheline Martel, a laissé entendre que pour les usagers, le résultat aurait pu être pire encore.

image