17 novembre 2011
Saint-Valérien-de-Milton
Tenco déclare faillite pour effacer les dettes
Par: Jean-Luc Lorry

Face à une avalanche de dettes représentant un montant total de 28,7 M$, Les Machineries Tenco a déclaré faillite le 1er novembre permettant ainsi au nouvel acquéreur de repartir sur de nouvelles bases.

Fin octobre, la multinationale américaine Alamo Group a déboursé 6 M$ pour mettre la main sur les actifs canadiens et américains de cette entreprise spécialisée dans la fabrication d’équipements de déneigement et de déglaçage dont le siège social est situé à Saint-Valérien-de-Milton.

Cette acquisition permettra à l’entreprise de poursuivre ses activités et de conserver ses 85 employés de l’usine de Saint-Valérien.Par contre, l’horizon est plus sombre pour les nombreux créanciers des Machineries Tenco qui perdront plusieurs milliers de dollars dans cette faillite.Des institutions financières perdent au change. La Banque Nationale y avait investi 8,1 M$ à titre de créancier garanti. Au total, les cinq créanciers garantis représentent un montant de 13,3 M$. Ces derniers épongeront leurs dettes en se partageant la somme de 6 M$ offerte par le nouveau propriétaire pour prendre les commandes de Tenco. « Les créanciers garantis ont perdu beaucoup d’argent dans ce dossier. Quant à ceux dont les créances n’étaient pas garanties, il n’y a aucun espoir qu’ils revoient un jour la couleur de leur argent », indique Benoit Fontaine chargé du dossier auprès du syndic Raymond Chabot.Les 375 fournisseurs externes et non liés à Tenco peuvent donc mettre une croix sur leurs dettes qui représentaient un montant total de 3,6 M$.Une situation qui affecte plusieurs entreprises de la région qui faisaient affaire avec Les Machineries Tenco. Automation LM, un atelier d’usinage de Saint-Pie spécialisé dans la fabrication de produits mécaniques, attendait un paiement de 196 000 $. Normandin, une entreprise voisine de Tenco spécialisée dans l’usinage de pièces industrielles, comptait sur un versement de 135 000 $. Dans la même municipalité, Tenco devait un montant de 33 000 $ à D.M. Supports. « En raison des problèmes financiers de Tenco, nous avons failli mettre la clé dans la porte, mentionne Karine Deslandes, copropriétaire de D.M. Supports. Heureusement, nous avons trouvé de nouveaux clients et resserré les règles avec Tenco. Nous demandons maintenant à être payés à la livraison. Chat échaudé craint l’eau froide. » Mme Deslandes espère à l’avenir ne plus vivre des situations analogues. Une première assemblée des créanciers de Tenco se tiendra le 21 novembre au bureau du syndic à Sherbrooke.

image