25 octobre 2012
Dossier Casavant
Tendance « tunnel » au conseil
Par: Le Courrier

Si le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier, hésite encore à afficher sa préférence sur la façon de parachever le boulevard Casavant – il attendra le mois de décembre avant de dire s’il préfère un tunnel ou un passage à niveau -, il en va autrement chez les conseillers municipaux.PREMIER:Au terme des séances publiques d’information dans le dossier, plusieurs d’entre eux avouent nettement préférer la solution du tunnel pour franchir les voies ferrées du CN.

Publicité
Activer le son

« Il faut être visionnaire et moi, ma vision va plus vers le tunnel. Il faut trouver la solution du moindre impact, et beaucoup de points militent en faveur du tunnel », a commenté la conseillère du district Saint-Joseph, Louise Arpin, à sa sortie de la séance de lundi soir.Sa collègue du district Hertel-Notre-Dame, Nicole Dion-Audette, est une autre inconditionnelle de l’option « tunnel ». Elle qui a assisté aux trois séances d’information a trouvé les interventions intéressantes, notamment en ce qui concerne les inconvénients d’un passage à niveau, comme les temps d’attente. « Je vais attendre le résultat du sondage, mais ce que je pense, c’est que les gens qui n’ont pas assisté aux séances n’auront pas toute l’information suffisante. Le dépliant ne dit pas tout. »Bernard Barré, du district La Providence, a assisté à deux séances, mais cela dit-il, n’a rien changé dans sa vie. « Pour moi, ce sont toutes des choses connues, je n’ai rien appris de nouveau. Moi, je suis en faveur du tunnel, je passe par là (la traverse du Grand Rang et la rue Picard) huit à dix fois par semaine pour me rendre �� Montréal. Sauf que ce n’est pas ça que j’entends dans le quartier [qu’il faut un tunnel]. Ça ne veut pas dire que je ne peux pas me rallier à quelque chose », a-t-il commenté.Comme lui, Sylvie Adam, du district Cascades, attendra la suite des événements avant de prendre une position définitive dans le dossier. « Je préfère attendre de voir le sondage. Il y a beaucoup de dossiers sur la table, on sera rendu à l’heure de faire des choix. »André Beauregard, du quartier Douville, en est un autre qui s’est tapé les trois séances d’information, surtout pour entendre les commentaires des participants. Mais contrairement à Mme Adam, le processus de consultation en cours ne risque pas de modifier sa position. « Ma préférence, c’est le tunnel à 100 %, sûr et certain. Si on ne fait pas ça, on commet une grave erreur car tout sera à refaire un jour. Personnellement, j’étais prêt à prendre position. Les consultations, pour moi, c’est du temps perdu, mais ça peut en conforter d’autres dans leur décision », a-t-il confié.Brigitte Sansoucy, du district Saint-Sacrement, n’a pas besoin non plus d’un sondage pour prendre une décision : elle votera pour l’option « tunnel ». « Pour moi, un sondage, ce n’est pas un facteur de décision. Je ne suis pas une politicienne qui gère par sondage », affirme-t-elle. Elle a néanmoins apprécié la séance d’information de lundi, la seule à laquelle elle a assisté, constatant surtout que peu de partisans du passage à niveau se trouvaient dans la salle. « Dans les affaires municipales, on nous apprend que lorsque les gens sont contre un investissement, ils se déplacent. C’est un bon sondage », a-t-elle ajouté.Comme elle, David Bousquet veut un tunnel sur Casavant, un tunnel à quatre voies et sa position là-dessus est connue depuis longtemps. « C’est le dossier prioritaire à Saint-Hyacinthe », tranche le conseiller du district Sacré-Coeur, qui n’a manqué aucune séance d’information. Il dit avoir beaucoup apprécié la prise de position du milieu des affaires, lundi soir. « Ça rejoint amplement ma position. C’est un investissement rentable à long terme. Il y aura maintenant le sondage, mais de toute façon, mon opinion est faite : je n’allais pas appuyer le passage à niveau. »Plus prudent, Alain Leclerc attendra de connaître les résultats du sondage avant de faire son lit dans le dossier. « Dans mon for intérieur, il y a une option qui me tente plus que l’autre. Si c’est oui à 70 % pour le tunnel, on n’aura pas à se casser la tête », estime le conseiller du district Bois-Joli, qui se verrait mal aller à l’encontre d’un avis clair de la population.Donald Côté, du district Sainte-Rosalie, a assisté à la séance du 16 octobre en soirée, mais sans rien y apprendre de vraiment nouveau. « Je m’attendais à entendre des opposants au projet du tunnel, mais à ma grande surprise, aucun ne s’est manifesté. » En voilà un autre qui votera selon ses convictions, et pour lui aussi, il faut absolument un tunnel sur Casavant. « Cette décision-là aurait dû être prise avant que commence la planification du projet. Ma position est claire et je la maintiens : je suis favorable au tunnel », a-t-il conclu.Seuls les conseillers Guylain Coulombe et Sylvain Savoie n’ont pu être joints dans le cadre de cette petite enquête.

image