5 février 2015
The Barr Brothers : une affaire de musique et de famille
Par: Amilie Chalifoux
Après une tournée en Europe, The Barr Brothers reviendra au Québec présenter son album Sleeping Operator. Photo John Londono ©

Après une tournée en Europe, The Barr Brothers reviendra au Québec présenter son album Sleeping Operator. Photo John Londono ©

Depuis la sortie de

Publicité
Activer le son

Actuellement en tournée à travers l’Europe et bientôt au Québec, le quatuor n’a pas beaucoup de répit. En entrevue avec LE COURRIER, la harpiste du groupe Sarah Pagé, alors en Angleterre, exprime la gratitude qu’elle et ses compères musiciens portent envers les nombreux spectateurs présents chaque soir.

« Nous sommes en spectacle à Manchester ce soir et tous les billets sont sold out. C’est ainsi presque chaque soir. Que des gens nous connaissent suffisamment pour venir nous voir en spectacle, c’est assez surprenant! Nous avons beaucoup de gratitude envers nos spectateurs. C’est important que chaque représentation soit le résultat d’un travail bien fait. »

Composé à la base des frères Brad et Andrew Barr, respectivement auteur-compositeur-interprète, de même que guitariste et batteur, The Barr Brothers a été créé de concert avec Sarah Pagé qui se consacrait alors à sa formation en classique. C’est son ami le chanteur et musicien Patrick Watson, avec qui elle étudiait, qui l’encouragea à sortir de sa zone de confort.

« Patrick m’a donné le coup de pied nécessaire pour faire autre chose. C’est une personne très inspirante. C’est grâce à lui si j’ai commencé à faire des expérimentations », raconte la harpiste.

Il y a dix ans, son chemin a croisé celui des frères Barr alors qu’ils aménageaient l’appartement à côté du sien. « Nous avons commencé à jouer ensemble à l’occasion. Au fil du temps, ils sont devenus une famille pour moi. The Barr Brothers est une affaire de musique, mais aussi une histoire de famille », dit-elle.

Entre temps, le groupe a sorti en 2011 un premier album éponyme, puis le multiinstrumentaliste Andrès Vial est venu compléter le quatuor. En octobre sorti Sleeping Operator, un album aux sonorités folk et blues, auxquelles s’ajoutent des influences sud-africaines et pulsions modernistes, qui contribua à propulser le groupe sur la scène internationale.

Le succès de Barr Brothers n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt le résultat d’un travail minutieux et acharné. Sur 40 chansons enregistrées en studio, 13 composent leur dernier opus. Parmi les pièces restantes, certaines ont fait l’objet d’un choix déchirant, dont l’une qui se destinait, selon les membres, comme la pièce forte de l’album. « Cela a été très difficile de la mettre de côté. C’était l’une de nos meilleures en spectacle, mais nous n’avons jamais été capables de l’enregistrer à notre goût. Chaque morceau a sa propre vie et sa façon d’être livrée. C’est ce qui a forcé la décision. Mais c’est certain qu’une dizaine de ces chansons apparaîtront d’une manière ou d’une autre dans le futur. »

Si Sleeping Operator est le fruit du souci du détail et de la perfection, les performances du groupe sur scène n’échappent pas à la règle, assure la musicienne.

« Nous faisons beaucoup de recherches et d’explorations musicales et essayons de juger toutes nos performances. C’est important que le public aime son expérience. C’est un moment où les musiciens répondent à ce qui se passe autour et où ils sont unis avec la musique et le public. Pour moi, être sur scène est nettement le moment de la journée que je préfère. C’est le moment pendant lequel je sais exactement où je dois être dans l’instant présent. »

The Barr Brothers sera de passage à Saint-Hyacinthe le 12 février au Centre des arts Juliette-Lassonde, à 20 h.

image