21 avril 2016
Tolérance zéro
Par: Le Courrier
Tolérance zéro

Tolérance zéro

Publicité
Activer le son

On sait tous que le pont de la rue des ­Cascades, le pont Bouchard, est fermé pour le refaire à neuf vu qu’il était très dangereux pour la sécurité des utilisateurs.

Quand nous traversons le pont Barsalou de la rue Bourdages en direction Nord et que l’on arrive à l’intersection des rues Saint-Pierre et Bourdages, on s’immobilise aux feux de circulation. Mais, combien de gens savent que nous ne pouvons tourner à gauche, surtout que cette fermeture du pont Bouchard amène des citoyens qui n’ont pas l’habitude de passer à cet endroit?

Ne tournez pas à gauche aux lumières, les policiers se tiennent proches et vous donnent des tickets sans scrupules.

Les policiers se régalent à donner des contraventions aux malheureux citoyens qui ne voient pas la « petite » pancarte aux feux de circulation nous interdisant de tourner à gauche de 7 h à 20 h, du lundi au vendredi.

Ils sont très, très gourmands… et je suis scandalisée de voir que les policiers ne donnent aucune chance, aucun avertissement.

Je trouve injuste que les policiers profitent, d’une certaine manière, de ce « spot » et de cette circonstance, en punissant de très, très nombreux citoyens honnêtes ou nouvellement arrivés ou peut-être trop ­pressés à cause du trafic infernal dû à cette fermeture du pont Bouchard, à l’extrémité de la rue des Cascades.

Étant moi-même citoyenne et pure Maskoutaine, je veux que cette folie de contraventions dispendieuses (en moyenne 160 $ par auto) se termine. Et, selon ce que j’ai pu constater, c’est au moins une bonne moyenne de six par jour, les jours de semaine.

En raison de cette circonstance particulière, la Ville de Saint-Hyacinthe devrait ­installer une nouvelle signalisation plus grande aux feux de circulation au coin des rues Bourdages et Saint-Pierre.

J’ai récemment téléphoné à la Ville pour déposer une plainte, une requête, en espérant que les dirigeants de la Ville de Saint-Hyacinthe en tiennent compte le plus rapidement possible, et qu’ils vont travailler pour leurs citoyens déjà pénalisés bien malgré eux et mécontents de ces inconvénients de circulation.

image