16 janvier 2020
Toute la vie : Le premier rôle d’Alison Carrier
Par: Maxime Prévost Durand

Après en avoir rêvé toute sa vie, Alison Carrier savoure son premier rôle au petit écran dans la série Toute la vie. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Depuis cet automne, un nouveau visage maskoutain s’est invité dans nos téléviseurs. Alison Carrier incarne le personnage de Jolène dans la série Toute la vie, à Ici Radio-Canada Télé, un premier rôle au petit écran pour la jeune femme de 18 ans, qui rêve depuis longtemps d’une carrière de comédienne.

Publicité
Activer le son

Dans cette série, qui aborde le sujet tabou de devenir mère à l’adolescence, Alison se met dans la peau d’une jeune fille hypersexualisée et naïve qui aime attirer l’attention.

« Mon personnage est très différent de moi. C’est le fun en tant que comédienne d’avoir un rôle comme ça, je m’amuse tellement à le jouer. Je me fais vraiment du fun », raconte celle qui a grandi dans le secteur Sainte-Rosalie, dans une entrevue accordée au COURRIER.

Ce rôle, elle le voit comme une sorte de validation. « J’ai toujours su que je voulais faire ça, mais d’avoir les pieds dedans, de jouer et de vivre cette super belle expérience, ça me confirme que c’est vraiment ce que je veux faire de ma vie. »

Toute la vie lui permet notamment de partager l’écran avec des comédiens aguerris, dont Roy Dupuis et Hélène Bourgeois-Leclerc, qui mènent une distribution comptant plusieurs jeunes talents.

« D’entrer dans ce beau métier avec Roy et Hélène qui nous donnent des trucs et des conseils, c’est vraiment motivant et ça donne le goût de poursuivre. […] Je me sens reconnaissante de travailler avec eux. Ils ont tellement de métier et ils ont beaucoup à donner. »

Une véritable passion

Il y a déjà un moment que la Maskoutaine gravite autour du milieu du jeu. De 2010 à 2014, elle avait joué le rôle de Martha dans une production théâtrale de La Mélodie du bonheur, signée Denise Filiatrault. Sa feuille de route compte également des participations à deux publicités et un peu de figuration. Mais jamais jusque-là elle n’avait obtenu de rôle télévisuel.

« Ça fait plus de 10 ans que je fais partie d’une agence, que je passe des auditions et que je veux continuer dans ce métier-là. Ça me passionne énormément », dit-elle, les yeux pétillants.

Des auditions, elle en a fait plusieurs. Et même si elle n’obtenait pas les rôles, elle ne s’est jamais apitoyée sur son sort. « Je ne le prenais pas comme une défaite quand je n’étais pas prise. Je me disais que j’allais travailler plus fort ou que ce n’était juste pas pour moi. »

Avec Toute la vie, les astres étaient alignés. C’est en voyant une annonce d’auditions libres pour l’émission qu’elle a entamé le processus, d’abord auprès de son agence, qui a validé l’intérêt des producteurs envers le casting d’Alison, puis en allant passer l’audition pour Jolène. Au bout de trois « callback », elle était choisie. « J’ai capoté », s’exclame-t-elle avec un large sourire.

À ce moment, Alison venait d’entamer une session en sciences humaines au cégep, après avoir été diplômée de l’école Casavant, où elle a fait le programme arts-études. C’était « en attendant », dit-elle. Pour se consacrer entièrement au rôle, elle a toutefois choisi de mettre ses études collégiales en veilleuse. L’obtention de ce premier rôle lui a du même coup confirmé qu’elle misera plutôt sur des études en théâtre lorsqu’elle retournera au cégep.

Pour l’instant, elle dit ignorer si une seconde saison de Toute la vie suivra la première, mais que l’aventure se poursuive ou pas, cette série lui aura permis de prendre confiance et de réaliser qu’il était possible d’atteindre son rêve.

« Je suis vraiment motivée à continuer et à aller étudier dans des écoles pour avoir d’autres beaux rôles comme ça », lance Alison.

image