17 octobre 2019
Toyota Corolla hybride : verte discrétion
Par: Marc Bouchard

Photo Toyota Canada

Il faut bien le dire : la Toyota Corolla ne vieillit pas. Il faut dire que les dirigeants de Toyota ont pris au sérieux les symptômes de vieillissement et ont décidé de lui insuffler une nouvelle vie en 2020. Le résultat : une berline compacte dont la silhouette, sans être spectaculaire, n’a plus rien de l’ennuyeuse version des années précédentes qui ont causé tant de cauchemars chez les amateurs de voiture.

publicité

Si la Corolla a connu du succès dans le passé, ce n’est ni pour son style conservateur ni pour ses performances antisportives. Est-ce que la version 2020 est plus sportive? Pas vraiment, mais elle affiche au moins un certain plaisir de conduite qui lui faisait cruellement défaut.

Un nouveau look

Je ne voulais pas m’abaisser à cela, mais je n’ai pas le choix : je dois vous parler des Toyota Corolla beiges à intérieur beige qui ont ponctué notre passé. Tout le monde se souvient de cette voiture qui, pourtant, n’avait rien de mémorable en matière de silhouette. La nouvelle Toyota Corolla et sa version hybride ont pris tout ce que la Corolla beige représentait, et l’ont relégué aux oubliettes.

Sortez-vous de la tête l’ancienne version anodine pour la remplacer par une silhouette ô combien plus dynamique, par une allure plus moderne et, surtout, par un style que l’on ne confond plus avec les autres. Aujourd’hui, la nouvelle Toyota Corolla a son propre style que l’on reconnaît plus facilement.

Elle n’a rien d’une sportive, ni en matière de design ni en matière de conduire, mais on peut certainement dire qu’elle présente une allure beaucoup plus raffinée. Oubliez aussi les nuances importantes entre la version hybride et la version traditionnelle. Il y a bien quelques éléments qui diffèrent, mais pas assez pour parler de nuances marquées.

On doit cependant applaudir la présence de blocs optiques profilés, d’une calandre réduite mais moderne et d’une silhouette qui, dans l’ensemble, a plus de charme que sa prédécesseure.

Économique d’abord

Autre détail, la Toyota Corolla n’a toujours rien d’une voiture de course. Et c’est bien ainsi. Même si la version hybride présente une capacité d’accélération supérieure à sa version à essence au démarrage, gracieuseté d’une assistance électrique. Pour le prouver, Toyota nous a d’ailleurs conviés à tester une « drag race » au volant des deux versions de la Corolla. Et c’est sans difficulté qu’au volant de la version hybride, j’ai pulvérisé mon collègue ontarien qui tentait de me rattraper avec la version à essence.

Succès de courte durée cependant, puisqu’au bout de de quelques dizaines de mètres, les forces devenaient plus égales, et la version à essence avait rapidement raison des 121 chevaux de mon modèle hybride. J’ai pu, en revanche, lui faire un joli pied de nez en enregistrant ma consommation. Une réalité que j’ai aussi constatée après une semaine d’essai, et une moyenne de 4,5 litres aux 100 kilomètres.

D’un strict point de vue mécanique, la Toyota Corolla hybride ne réinvente rien. Elle reprend intégralement le système de la populaire Prius, soit un moteur 4 cylindres 1,8 litre, jumelé à un petit moteur électrique. Les deux motorisations jointes offrent un total de 121 chevaux et un couple de 105 lb-pi. Une e-CVT particulièrement efficace transmet la puissance aux roues.

Au volant de la Corolla

Le confort intérieur de la Corolla a été revu, les accessoires modernisés (même si Android Auto brille toujours par son absence, à mon grand désespoir) et les sièges améliorés. En quelques mots, la nouvelle Corolla construit sur les succès de l’ancienne et propose un environnement définitivement plus agréable.

Au volant aussi, l’expérience est plus réussie. Bien sûr, ce n’est pas encore le grand frisson, mais les accélérations sont franches, la direction précise bien que peu communicative, et on se plaît à utiliser les freins qui sont beaucoup moins spongieux que dans les générations précédentes.

Le Hybrid Synergy drive permet de maximiser les démarrages sans compromettre la consommation et produit une randonnée urbaine plus économique et plus directe. Et comme il se doit, le rayon de braquage de la Corolla permet des manœuvres et une maniabilité intéressante, même dans les secteurs les plus étroits du centre-ville.

La Toyota Corolla 2020, en version hybride, a donc tout ce qu’il faut pour plaire. Elle a un certain charme, une conduite agréable et, surtout, présente une économie de carburant véritablement impressionnante. La 12e génération de la populaire berline a donc tout ce qu’il faut pour plaire, même aux plus exigeants!

image